17/05/2019 21:35
Édouard Philippe a ouvert la voie jeudi 16 mai à un assouplissement par l'Assemblée nationale de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires, une mesure impopulaire dont il a été l'initiateur et considérée comme l'un des détonateurs de la crise des "gilets jaunes".
>>Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en hausse de 3,9% en janvier
>>France: la mortalité routière en recul, mais les 80 km/h toujours sur la sellette

Édouard Philippe s'est dit prêt le 16 mai à laisser aux présidents de conseil départementaux la capacité de déroger aux 80 km/h sur les routes secondaires. Photo: AFP/VNA/CVN

La règle de principe demeurerait au niveau national, mais les présidents de conseils départementaux auraient le pouvoir de relever la vitesse maximale sur certains tronçons, quitte à en assumer les conséquences en matière de sécurité routière.

C'est le compromis que dessine un amendement porté par le groupe LREM, en vue de l'examen du projet de loi d'orientation sur les mobilités dans les prochains jours à l'Assemblée. Et que le gouvernement est prêt à soutenir, a dit Édouard Philippe.

Les députés ont donné dans la nuit de jeudi 16 mai à vendredi 17 mai leur aval en commission pour laisser aux présidents de conseils départementaux la capacité de déroger aux 80 km/h sur les routes secondaires, sur proposition du groupe LREM.

"Si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n'y vois aucun inconvénient", a déclaré le Premier ministre jeudi sur franceinfo. En fixant toutefois une condition: que ce pouvoir des présidents de département soit "systématiquement assorti de mesures" garantissant "le plus haut niveau de sécurité routière possible".

Les 80 km/h, considérés comme efficaces par la plupart des experts de la sécurité routière, sont dénoncés comme le symbole des villes déconnectées de la vie quotidienne des campagnes. Selon les sondages réalisés ces derniers mois, près de huit Français sur dix sont favorables à l'abandon ou du moins à l'assouplissement de la mesure.

Dès le début du grand débat national, mi-janvier, Emmanuel Macron avait ouvert la porte à des aménagements pour aboutir à "quelque chose qui soit mieux accepté et plus intelligent".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Le jardin Ave Maria et la magnifique cathédrale de Bùi Chu attirent les touristes Le jardin Ave Maria et la cathédrale Notre-Dame-Reine-du-Rosaire de Bùi Chu âgée de 135 ans, sont devenus depuis longtemps une destination attrayante pour de nombreux touristes vietnamiens et étrangers.