22/02/2019 17:41
L’année 2018 a été une bonne année pour l’industrie du bois. Les exportations de produits en bois ont rapporté plus de 8,9 milliards de dollars au pays, soit une hausse de 14,5% par rapport à l’année précédente.
>>Secteur agricole, sylvicole et aquatique: les dix événements les plus marquants en 2018
>>Pour la mise en œuvre efficace de la Loi sur la sylviculture

Transformation du bois pour l'exportation.
Photo: Vu Sinh/VNA/CVN

Les résultats sont mentionnés dans le rapport annuel de l'industrie du bois publié lors d'un séminaire tenu jeudi 21 février à Hanoï par l’Association vietnamienne du bois et des produits forestiers (VIFORES), l’Association du bois et des produits forestiers de Binh Dinh (FPA Binh Dinh), l'Association de l'art artisanal et de traitement du bois de Hô Chi Minh-Ville (HAWA), l'Association du traitement du bois de Binh Duong (BIFA) et l’organisation Forest Trends.

Selon Nguyên Tôn Quyên, vice-président de VIFORES, les entreprises nationales représentaient 53% des recettes d'exportation totales, et le pays est en mesure de s'approvisionner à 75% des matières premières pour le secteur de traitement du bois.

Pour l’heure, il y a 867 entreprises à investissement directe étranger (IDE) avec un capital d'investissement total de 5,5 milliards de dollars opérant dans l'industrie du bois, dont 63% investis par la Chine, la République de Corée et le Japon. En général, ces entreprises sont pour la plupart des PME avec un capital moyen de 4 à 5 millions de dollars chacune.

Parmi les entreprises d'IDE, 529 sont impliquées dans la production pour l'exportation. L’an dernier, elles ont contribué près de 4 milliards de dollars, soit 47% du total des recettes d’exportation de la filière bois.

Le vice-président de VIFORES Nguyên Tôn Quyên prévoyait une croissance à deux chiffres des exportations de produits en bois en 2019, et cette valeur devrait atteindre 10,5 milliards de dollars.

D’après Tô Xuân Phuc venu de Forest Trends, le secteur devait surveiller de près la légalité des matériaux importés, en particulier ceux provenant de sources à haut risque.

Il a ajouté que sur le long terme, le secteur devrait concentrer aux produits à plus forte valeur ajoutée et à croissance basée sur la qualité, ce qui l'obligera à réformer tous les maillons de la chaîne de production, à former des ressources humaines qualifiées et à développer des marques commerciales.
 
VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam