13/01/2020 09:12
Le film de guerre 1917 a pris ce week-end la tête du box-office nord-américain, selon des chiffres provisoires publiés dimanche par la société spécialisée Exhibitor Relations, détrônant le dernier volet de la saga Star Wars.
>>Quentin Tarantino et 1917 grands vainqueurs aux Golden Globes
>>Hollywood s'apprête à célébrer ses stars aux Golden Globes

Le réalisateur Sam Mendes avec les Golden Globes du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur, pour "1917", photographié le 5 janvier à Beverly Hills. Photo : AFP/VNA/CVN

Le long métrage de Sam Mendes, meilleur film dramatique aux Golden Globes, a réalisé 36,5 millions de dollars de recettes aux États-Unis et au Canada pour sa sortie élargie en salles. Durant ses deux premières semaines d'exploitation, il n'était visible que dans une poignée de salles, avant d'arriver sur plus de 3.000 écrans vendredi 10 janvier.

1917 retrace l'épopée de deux soldats britanniques qui traversent les lignes de front en 1917 pour aller porter un message crucial à 1.600 poilus pour leur éviter de tomber dans un piège. En trois semaines, le film a rapporté 39,2 millions de dollars au box-office nord-américain et 60,4 dans le monde, selon les chiffres du site spécialisé Box Office Mojo. Pour sa quatrième semaine d'exploitation, Star Wars : L'ascension de Skywalker commence à marquer le pas et se contente de la deuxième position avec 15,1 millions de dollars de recettes, ce qui porte son total à 478,2 millions depuis sa sortie.

Le neuvième volet de la saga n'est plus qu'à un souffle du milliard de dollars de tickets vendus, avec 989,5 millions à date. En troisième position arrive Jumanji : Next Level, qui continue de séduire avec 14 millions de dollars de recettes de vendredi à dimanche en Amérique du Nord. En cinq semaines, le troisième épisode de "Jumanji" a glané 257,1 millions de dollars aux États-Unis et au Canada.

Derrière ce trio se glissent deux nouveautés, à égalité avec chacune 10 millions de dollars de revenus dans les salles. Like a Boss, explication musclée entre entrepreneuses des cosmétiques, s'en tire honorablement bien qu'éreinté par la critique. Il fait jeu égal avec La voie de la justice, inspiré de l'histoire vraie de l'avocat Bryan Stevenson, qui s'engagea dans l'Alabama au service d'un homme noir injustement condamné. Sorti dans quelques salles à Noël avant que sa diffusion ne soit très largement renforcée vendredi 10 janvier, le film a porté son total, ce week-end, à 10,4 millions de dollars en trois semaines.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains