17/10/2021 15:42
Emmanuel Macron a dénoncé samedi 16 octobre des "crimes inexcusables pour la République", à l'occasion d'une cérémonie officielle pour les 60 ans du massacre d'Algériens le 17 octobre 1961 à Paris. Allant ainsi plus loin que la "sanglante répression" admise par François Hollande en 2012 et en reconnaissant pour la première fois un bilan bien plus lourd que le bilan officiellement admis, mais ce n'est pas assez pour certains.
>>Macron se penche de nouveau sur l'avenir de Marseille
>>Macron dévoile son plan d'investissement "France 2030"

Le président français Emmanuel Macron rend hommage aux Algériens victimes d'un massacre le 17 octobre 1961 près du pont de Bezons, à Colombes, le 16 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Face à des proches de victimes parfois en larmes, le chef de l'État a participé - geste inédit pour un président français - à un hommage sur les berges de la Seine, à la hauteur du pont de Bezons, emprunté il y a 60 ans par les manifestants algériens qui arrivaient du bidonville voisin de Nanterre à l'appel de la branche du Front de libération nationale (FLN) installée en France.

Cette nuit-là, une répression - "brutale, violente, sanglante", selon les mots de l'Élysée - s'est abattue sur les manifestants qui protestaient contre l'interdiction aux Algériens de sortir de chez eux après 20h30.

"Près de 12.000 Algériens furent arrêtés et transférés dans des centres de tri au stade de Coubertin, au Palais des sports et dans d'autres lieux. Outre de nombreux blessés, plusieurs dizaines furent tués, leurs corps jetés dans la Seine", a reconnu samedi 16 octobre pour la première fois la présidence française dans un communiqué. Le bilan officiel ne dénombrait jusqu'à présent que trois victimes.

"De nombreuses familles n'ont jamais retrouvé la dépouille de leurs proches", a-t-elle encore souligné.

En 2012, François Hollande avait dénoncé une "répression sanglante". Samedi 16 octobre, son successeur est allé plus loin, sans faire de discours mais via un communiqué diffusé par l'Élysée. Le chef de l'État, dit ce texte, "a reconnu les faits : les crimes commis cette nuit-là sous l'autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République", désignant celui qui était à l'époque préfet de police de Paris.

Occasion manquée

L'évocation du seul Maurice Papon comme responsable d'une "tragédie longtemps tue, déniée ou occultée" a déçu plusieurs responsables d'associations, comme Mehdi Lallaoui, président d'"Au nom de la mémoire". "C'est une occasion ratée, très très en deçà de ce que l'on attendait, a-t-il déploré. Les assassins ne sont pas nommés. Il n'y a que Maurice Papon qui l'est. C'est insupportable de continuer dans ce déni, que l'on ne puisse pas nommer la police parisienne, que l'on ne puisse pas citer Michel Debré, Premier ministre à l'époque, ou le général de Gaulle."

Emmanuel Macron lors d'une cérémonie à la mémoire des Harkis à l'Élysée, le 20 septembre 2021.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le mot police n'apparaît pas dans le communiqué", fait aussi remarquer l'historien Emmanuel Blanchard auprès de l'AFP. Tout en actant que "ça va beaucoup plus loin" qu'avec François Hollande en 2012, le spécialiste estime que "cette répression ne peut pas être comprise simplement comme la conséquence d'un système Papon". "Papon n'a pas agi seul. On a torturé, on a massacré au coeur de Paris et là-haut, ils étaient au courant", a renchéri Mimouna Hadjam, porte-parole de l'association Africa93.

À cette occasion, Emmanuel Macron s'était engagé à participer "à trois journées commémoratives" : la première a eu lieu en septembre pour la journée nationale d'hommage aux Harkis, la seconde ce samedi 16 octobre et la troisième le 19 mars prochain pour les 60 ans des Accords d'Evian qui ont mis fin à la Guerre d'Algérie.

Ces événements interviennent dans un contexte tendu entre Paris et Alger, après des propos de M. Macron rapportés par Le Monde qui accusait le système "politico-militaire" algérien d'entretenir une "rente mémorielle" en servant à son peuple une "histoire officielle" qui "ne s'appuie pas sur des vérités".

À l'Élysée, on assure que le chef de l'État souhaite avant tout "regarder l'Histoire en face", comme il l'a fait au Rwanda en reconnaissant les "responsabilités" de la France dans le génocide des Tutsi de 1994.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Des circuits au départ et à destination des Des circuits de visite sont organisés depuis novembre par Saigontourist Travel. Les programmes amènent les voyageurs dans des localités non infectées par le COVID-19, dans le Sud mais aussi le Nord du pays.