20/06/2020 15:20
L'Olympique de Marseille (OM) a été condamné à une amende de trois millions d'euros pour avoir enfreint les règles du fair-play financier, a annoncé vendredi 19 juin l'UEFA, une décision qui préserve l'essentiel pour le club marseillais, autorisé à disputer la Ligue des champions la saison prochaine.
>>L'OM et les "Rap Boys" de Marseille
>>L'ex-président de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf, décédé du coronavirus
>>Europa League : l'OM qualifié mais défait avant le Clasico

Le propriétaire de l'Olympique de Marseille, l'Américain Frank McCourt (gauche), et son président Jacques-Henri Eyraud, avant le match de Ligue 1 face à Montpellier, au Vélodrome. Photo : AFP/VNA/CVN

L'OM "prend acte" de sa condamnation mais "décidera dans les prochaines heures" s’il fait appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS). La Chambre de jugement de la Commission de contrôle financier des clubs (ICFC) de l'UEFA "a compris la situation sanitaire et son impact sur l’équilibre financier de tous les acteurs du football", réagit vendredi soir 19 juin le club marseillais, dans un communiqué.

"Elle a surtout reconnu l’impossibilité manifeste de nombreux clubs à effectuer des prévisions à moyen terme et a souligné le manque total de visibilité sur les perspectives économiques actuelles", poursuit l'OM. "Pour autant, la décision de la Chambre inclut des sanctions financières significatives dans un contexte économique rendu extrêmement difficile par la crise du COVID-19", déplore-t-il.

En plus de l'amende, la Chambre de jugement de la Commission de contrôle financier des clubs de l'instance a décidé de retirer 15% des sommes que le club percevra pour sa participation aux compétitions européennes pour 2020-2021 et éventuellement 2021-2022 s'il est qualifié, et d'imposer une limite de 23 joueurs sur l'effectif qui pourra disputer les coupes continentales jusqu'à 2022-2023.

Ce jugement écarte définitivement le scénario craint par les supporters : une interdiction de jouer la Ligue des champions, alors que l'OM a gagné sur le terrain le droit de la disputer, en terminant deuxième du dernier exercice de Ligue 1 interrompu par le coronavirus. Le club paye le déséquilibre financier dans ses comptes 2018-2019, qui a attiré l'attention de l'instance européenne.

Déficit dépassé

Le 5 mars dernier, l'UEFA a annoncé que le dossier passait de la Chambre d'instruction à celle de jugement, car l'OM a dépassé son déficit négocié : les pertes ne devaient pas excéder 50 millions d'euros en juin 2019, elles étaient de 91 millions d'euros.

Le bonheur des joueurs et de leur entraîneur André Villas-Boas, le 8 février à l'issue de la victoire de Marseille sur Toulouse au stade Vélodrome.
Photo : AFP/VNA/CVN

Marseille avait pourtant signé un accord portant sur quatre saisons, jusqu'en 2023, où il s'engageait à réduire ses dépenses pour parvenir à l'équilibre. La saison précédente déjà, l'OM était en déficit de 78,5 millions d'euros, et avait été sanctionné : 6 millions d'euros retirés de ses futurs gains en coupes d'Europe, dont quatre millions d'euros conditionnés au respect par le club de ses engagements auprès de l'instance.

Selon cette première sanction, les Marseillais devaient également limiter à 23 (contre 25 habituellement) le nombre de joueurs inscrits en coupes d'Europe pour la saison 2020/2021. Ce sera donc le cas pour les trois prochaines années, suite à la dernière annonce de l'UEFA. Le président Jacques-Henri Eyraud et ses équipes ont longuement négocié au sujet du FPF, le dirigeant effectuant plusieurs allers-retours au siège de l'UEFA à Nyon, puis les discussions se sont poursuivies à distance pendant la crise sanitaire.

"JHE" a défendu sa vision, et celle du propriétaire du club, Frank McCourt : les premières années étaient consacrées aux investissements lourds pour lancer leur projet. L'homme d'affaire américain a déjà injecté quelques 250 millions d'euros dans le club, racheté en octobre 2016. Pour rappel, le fair-play financier interdit à un club engagé en compétition européenne de dépenser plus que ce qu'il ne gagne et encadre étroitement les injections de capitaux de la part des propriétaires.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Hô Chi Minh-Ville promeut le tourisme médical L’offre médicale et de bien-être est prise en haute considération dans les stratégies de développement du tourisme de la mégapole du Sud. Le nombre de visiteurs profitant d’un voyage pour se faire soigner en ville ne cesse de croître.