15/08/2017 11:31
De nouveaux établissements de transformation et des grossistes ayant importé en France des œufs ou des produits à base d'œufs susceptibles de contenir du fipronil ont été recensés par le ministère de l'Agriculture, a-t-on appris lundi 14 août.
>>Des œufs contaminés en Asie, l'UE convoque les pays touchés
>>Œufs contaminés : l'UE veut réunir les pays touchés, dont la liste s'allonge

De nouveaux établissements de transformation et des grossistes ayant importé en France des œufs ou des produits à base d'œufs susceptibles de contenir du fipronil ont été recensés par le ministère de l'Agriculture.
Photo : AFP/VNA/CVN

Six nouveaux établissements de transformation d'œufs ou d'ovoproduits (produits à base d'œufs) ont été trouvés, portant le nombre total jusqu'à présent à 14, selon le ministère. Parmi ces entreprises, certaines ont importé des œufs écalés, c'est-à-dire sans coquille, entrant dans l'élaboration de sandwichs ou de salades, précise-t-on au ministère.

En plus de ces 14 entreprises et des deux centres d'emballage évoqués vendredi 11 août par le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, 40 "grossistes" ayant importé 45,4 tonnes d'ovoproduits figurent parmi les entreprises répertoriées par le ministère comme pouvant être concernées.

Le ministère n'était pas en mesure d'en dire plus dans l'immédiat, sur ce point précis.

M. Travert avait annoncé vendredi 11 août que près de 250.000 "œufs de consommation contaminés en provenance des Pays-Bas et de Belgique" avaient été vendus en France, assurant que cela avait été "sans impact pour la santé".


Le ministre s'était efforcé dans le même temps de rassurer le public, fort d'un avis de l'agence nationale de sécurité alimentaire (Anses), selon lequel "la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte)", "sans s'exposer à un risque aigu".

À l'origine de l'affaire, l'utilisation du fipronil, un insecticide, par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et dans le Pas-de-Calais.

L'utilisation de cet insecticide, couramment employé pour les animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens, est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

Des œufs contaminés par le fipronil ont été signalés dans 17 pays européens, l'affaire ayant même atteint Hong Kong.

L'Autriche est venue rallonger la longue liste des pays européens touchés par le scandale en confirmant lundi avoir trouvé du fipronil dans des œufs importés d'Allemagne, Pays-Bas, Belgique et Pologne. Deux hommes de 31 et 24 ans doivent comparaître mardi 15 août pour la première fois dans le cadre de cette affaire devant un juge du tribunal néerlandais de Zwolle (Centre du pays).

Il s'agirait des propriétaires de Chickfriend, une entreprise néerlandaise, soupçonnés d'avoir introduit du fipronil dans le produit qu'ils vendaient aux agriculteurs pour éradiquer le pou rouge (un parasite) dans leurs poulaillers.

L'affaire a pris une tournure diplomatique, provoquant des affrontements entre les trois pays au centre de la crise, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, chacun s'accusant de ne pas avoir agi plus tôt. La Commission européenne a prévu une réunion sur l'affaire du fipronil en septembre.

AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).