08/08/2017 11:32
Le groupe français de médias Vivendi a assuré lundi 7 août, dans un communiqué, n'exercer "aucun contrôle de fait" sur l'opérateur italien Telecom Italia (Tim, dont il est le premier actionnaire, en réponse à la Consob, le gendarme des marchés financiers de la péninsule.
>>Cattaneo quitte Telecom Italia avec 25 millions d'euros d'indemnités
>>Vivendi affirme son contrôle sur Telecom Italia

Le groupe français de médias Vinvendi assure n'exercer "aucun contrôle de fait" sur l'opérateur italien Telecom Italia. Photo : AFP/VNA/CVN

Selon le groupe dirigé par l'industriel breton Vincent Bolloré, "sa participation dans le capital social de Telecom Italia n'(Est) pas suffisante pour lui permettre d'exercer de manière stable une influence dominante lors des assemblées générales d'actionnaires".

La réponse de Vivendi fait suite au lancement d'une procédure par le gouvernement italien, le 2 août, visant à vérifier si Tim avait bien respecté toutes les règles suite au resserrement du contrôle du groupe français sur la direction de l'entreprise, intervenu fin juillet.

"Le début de l'exercice par Vivendi des activités de direction et de coordination de Tim (...) ne doit pas être interprété, en vertu des principes applicables du droit italien, comme la preuve d'une position de contrôle de fait", détaille le communiqué du groupe français.

Le 2 août, une source ministérielle italienne avait précisé que "dans les secteurs stratégiques (dont font partie les Télécoms), les sociétés ont des obligations de communication. Le ministère du Développement économique a demandé à l'autorité en charge auprès de la présidence du Conseil de lancer une procédure pour comprendre quelles règles Tim devait respecter, si ces règles ont été respectées, et s'il y a des conséquences à en tirer".

Une des conséquences prévues est la possibilité pour le gouvernement d'avoir recours à un droit de veto, même sans être actionnaire du groupe, avait alors précisé le ministère des Finances dans une note publiée sur son site.

Entré en 2015 au capital de Telecom Italia, Vivendi, qui en détient désormais 23,9%, a obtenu en mai les deux tiers des sièges de son conseil d'administration, prenant ainsi de facto son contrôle. Le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, a été nommé en juin président exécutif, avant, le 27 juillet, de devenir patron par intérim de l'opérateur.
 
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Ha Long, le dragon alangui a bien pris son envol Ces dernières années, la province de Quang Ninh (Nord) a obtenu de bons résultats dans le développement de ses infrastructures, notamment les complexes de villégiature et de loisirs. En la matière, la ville de Ha Long fait figure d’exemple.