25/07/2017 13:00
Le Swaziland, pays du monde le plus touché par le sida avec près d'un tiers des adultes infectés par le virus, a réussi à diviser par deux le nombre de nouvelles contaminations en cinq ans, selon des résultats publiés lundi 24 juillet.
>>L'ONU veut intensifier la lutte anti-sida
>>Six pays africains pourraient éradiquer le paludisme d'ici 2020

L'entrée d'un centre de santé à Nhlangano, au Swaziland, pays le plus touché au monde par le virus du sida, avec un tiers de la population adulte infectée.
Photo : AFP/VNA/CVN

La baisse du nombre de nouvelles contaminations s'explique par l'amélioration des tests de dépistage et un meilleur accès aux traitements antirétroviraux, qui stoppent le développement du virus VIH et empêchent sa transmission à une autre personne, selon une étude présentée lors de la conférence internationale de recherche sur le sida, à Paris.

En outre, le nombre d'hommes circoncis a doublé, une technique qui permet de réduire le risque d'infection par le VIH.

Entre 2011 et 2016, le taux de patients infectés qui bénéficient de traitements antirétroviraux est passé de 37% à 74% dans ce pays pauvre frontalier de l'Afrique du Sud, qui compte 1,2 million d'habitants.

Résultat : le taux de nouvelles infections chez les 18-49 ans était de 1,39% en 2016 contre 2,58% en 2011. 31% des 18-49 ans étaient porteurs du VIH en 2011. Ce taux avait baissé à 27% des plus de 15 ans en 2016.

Le Swaziland est le pays du monde qui compte la plus grosse proportion de personnes séropositives et qui affiche le plus haut taux de nouvelles infections. "Nous nous félicitons de ces résultats mais sommes conscients du fait que le Swaziland fait face à une épidémie très grave", a commenté Velephi Okello, du ministère de la Santé.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.