30/12/2016 15:41
Un séminaire international sur les stratégies de défense et de sécurité régionale en Asie-Pacifique a eu lieu à Bangkok, Thaïlande, les 28 et 29 décembre.
>>Défense : la coopération multiforme contribue à consolider la solidarité de l’ASEAN
>>Le Vietnam participe à deux réunions de la défense de l'ASEAN

Le directeur du CPG, Henning Glaser, prononce l'allocution d'ouverture lors du séminaire. Photo : Quang Thuận/VNA/CVN

Organisé par le Centre de gouvernance et de politiques publiques Allemagne-Asie du Sud-Est (CPG) de l'Université de Thammasat (Thaïlande), le séminaire international sur les stratégies de défense et de sécurité régionale en Asie-Pacifique a réuni des chercheurs, experts politiques, diplomates et des décideurs politique de Thaïlande et d'autres pays tels que le Japon, la Chine, Singapour, les Philippines et le Vietnam.

Dans son allocution d'ouverture, le directeur de la CPG, Henning Glaser, a présenté un aperçu des défis sécuritaires auxquels est confrontée l'Asie-Pacifique, affirmant que la question de la Mer Orientale est le plus grand défi avec des implications profondes pour la paix ainsi que la sécurité de la navigation et du survol dans la région.

Il a noté que l'environnement de sécurité de la région comporte divers risques en raison de la montée de la course aux armements, des conflits territoriaux aigus et du manque de respect du droit international.

"Ces risques doivent être contrés par des mesures pacifiques fondées sur les intérêts communs de tous les pays et sur le droit international", a souligné Henning Glaser.

L'événement a comporté huit séances de discussion avec dix interventions, mettant l'accent sur les stratégies de défense des pouvoirs dans la région ainsi que les impacts des conflits en Mer Orientale, en Asie de l'Est…

Parmi les sujets de discussion figuraient les positions des États-Unis, du Japon et de l'Inde concernant les questions de sécurité régionale, en particulier la question de la Mer Orientale après la décision de la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye, aux Pays-Bas.

Les participants ont également partagé leurs points de vue sur la coopération au sein de l'ASEAN et entre le bloc et les puissances mondiales, la politique américaine sur l'Asie-Pacifique sous l'administration de Donald Trump et son influence sur la question de la Mer Orientale.

Le professeur-docteur Klaus Larres, de l'Institut d'études avancées de Princeton (États-Unis), a déclaré que la décision de la CPA a changé la situation en Mer Orientale, estimant que la question de la Mer Orientale est le plus grand défi pour la paix et la sécurité dans la région Asie-Pacifique.

Il a exprimé son inquiétude face au rejet par la Chine de la décision de la CPA et à sa poursuite de la militarisation en Mer Orientale et estimé que la paix régionale ne peut être obtenue que par la coopération active des pays concernés.

Le général Ashok Hukku, ancien président du Comité du conseil de renseignement militaire relevant du gouvernement indien, a pris note des valeurs stratégiques et économiques de la mer Orientale et de la liberté de navigation et de survol ainsi que du commerce sur cette région maritime.

Il a dit que l'Inde mettait en œuvre sa politique "Agir vers l’Est", en stimulant la coopération avec les pays concernés pour contribuer à promouvoir la paix et la sécurité dans la région Asie-Pacifique sur la base du droit international.

Le Dr Nguyên Toàn Thang, de l'Université de droit de Hanoï, a déclaré que la question de la Mer Orientale est l'un des problèmes les plus complexes dans les relations internationales. Le Vietnam, en tant que nation ayant des droits et intérêts connexes dans cette région, a combiné des mesures diplomatiques et juridiques pour protéger ses intérêts en Mer Orientale.

Il a déclaré que le Vietnam a le droit de souveraineté et la juridiction sur sa zone économique exclusive (ZEE) en Mer Orientale avant de demander aux autres pays de respecter sa ZEE conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) de 1982.

La position du Vietnam est que les parties doivent régler les différends en Mer Orientale par des mesures pacifiques et en conformité avec le droit international, y compris le CNUDM.

Il a invité les parties concernées à faire preuve de retenue, à ne pas recourir à la force ou menacer d’y recourir et à ne pas prendre de mesures unilatérales ou de militarisation pour régler de tels différends.

Il a exhorté les parties concernées à respecter la Déclaration sur la conduite des parties (DOC) en Mer Orientale et à s'abstenir de toute action qui compliquerait la situation.

Il a appelé la Chine et l'ASEAN à parvenir rapidement à un Code de conduite (COC), en invitant tous les pays à contribuer au maintien de la paix, de la stabilité et du droit sur la mer et les océans.

Les recommandations et suggestions des participants seront envoyées aux instituts et centres internationaux de recherche politique.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Huê, la splendide cité royale du Vietnam Huê (province centrale de Thua Thiên-Huê) est considérée comme le cœur du patrimoine culturel national. Alanguie au bord de la rivière Huong (rivière des Parfums), la ville est une belle indolente à l’histoire ancienne.