23/12/2015 11:17
Le Premier ministre Nguyên Tân Dung vient d'approuver l'établissement d'un système national pour recenser les émissions de gaz à effet de serre (GES), dans l'objectif de répondre aux exigences et obligations d'une partie à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
>>Efforts pour la protection de l'environnement

En 2020, les émissions de GES du pays pourraient s'élever à 466 millions de tonnes équivalent CO2, dont 381,1 millions du secteur de l'énergie.
Photo : Ngoc Hà/VNA/CVN

Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement (MRE) est chargé de diriger et de collaborer avec les ministères et secteurs concernés dans l'organisation des activités de recensement des émissions de GES dans le cadre de l'élaboration des rapports nationaux bisannuels sur les changements climatiques, ainsi que de maintenir le Comité de pilotage de la mise en œuvre du Protocole de Kyoto et de la CCNUCC.

Selon le plan, dans la période 2016-2020, outre la mise en opération du système national de recensement des émissions de GES en 2016, le Vietnam procèdera à la révision, à l'élaboration, au complètement et à la perfection des politiques, textes liés au recensement des émissions de GES, en fera un rapport technique pour les années de base 2014 et 2016 et élaboreront des bases de données.

Selon les statistiques récemment rendus publics, le volume total des émissions de GES au Vietnam en 2010 était de 246,8 millions de tonnes équivalent CO2, dont 141,1 millions de tonnes (soit 53%) du secteur de l'énergie. En 2020, les émissions de GES du pays pourraient s'élever à 466 millions de tonnes équivalent CO2, dont 381,1 millions du secteur de l'énergie.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Côn Dao dans le top 4 des paradis d’Asie du Sud-Est en devenir Le journal South China Morning Post (SCMP) vient de publier un article louant la beauté de quatre destinations considérées comme des bijoux peu connus en Asie du Sud-Est. Des endroits qui ont conservé leur tranquillité et leur beauté, ce qui est extrêmement rare dans les destinations touristiques populaires.