14/05/2017 15:55
La supériorité a changé de camp... Rafael Nadal a repris l'ascendant sur Novak Djokovic, décevant et balayé en deux sets samedi 13 mai (6-2, 6-4), pour s'offrir une huitième finale lors du Masters 1000 de Madrid.
>>Tennis : des retrouvailles Nadal-Djokovic

L'Espagnol Rafael Nadal après sa victoire en demi-finale du tournoi de Madrid face au Serbe Novak Djokovic, le 13 mai 2017. Photo : AFP/VNA/CVN

Conquérant et en pleine forme, l'Espagnol a mis fin à une longue série de défaites face au N.2 mondial, vainqueur de onze de leurs douze précédentes confrontations.

La dernière victoire de Nadal contre son rival remontait à la finale de Roland-Garros 2014. Depuis, il avait essuyé sept défaites d'affilée... sans inscrire le moindre set!

"C'est une grande victoire. Il faut vraiment très bien jouer pour gagner sur un score comme celui-ci contre Novak, sinon c'est impossible", s'est félicité le Majorquin.

Presque un an après le quart de finale remporté par Djokovic à Rome, l'équilibre s'est inversé. Intouchable à l'époque, le lauréat de douze trophées majeurs est en proie au doute aujourd'hui, alors que Nadal, quatorze "Majors" au compteur, semble revenu à son meilleur niveau.

Le contexte aujourd'hui est "complètement différent" comme l'a souligné l'Espagnol. "Les deux dernières années n'étaient pas très bonnes pour moi alors que c'était l'inverse pour Novak", a-t-il ajouté.

Sur le court Manolo-Santana baigné de soleil, la différence était criante entre Nadal, agressif, entreprenant et précis (3 fautes directes en revers, 11 pour son adversaire), et Djokovic souvent débordé voire déséquilibré et contraint de trouver des angles impossibles pour tenter de passer la défense adverse.

"Je n'ai pas pratiqué un tennis de très grande qualité. J'ai commis beaucoup de fautes directes alors que lui évoluait à un haut niveau. Il faisait ce qu'il voulait, surtout lors du premier set", a estimé Djokovic.

Cette quatorzième victoire consécutive sur terre battue, où l'ancien N.1 mondial (5e actuellement) est invaincu cette saison, en fait un favori crédible pour Roland-Garros (28 mai - 11 juin) où il vise une nouvelle "Decima", après les dixièmes titres déjà conquis à Monte-Carlo puis Barcelone le mois dernier.

D'autant que Roger Federer n'a toujours pas foulé l'ocre, que sa venue à Paris reste incertaine et que le N.1 mondial Andy Murray, écarté dès son second match à Madrid, n'est que l'ombre de lui-même.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».