19/07/2017 20:38
Après quatre jours de compétitions, du 15 au 18 juillet, le Tournoi international de tennis de table «Raquette d’Or» s’est terminé avec les finales de simple à la Maison des compétitions Nguyên Du, à Hô Chi Minh-Ville.
>>Ouverture du tournoi international de ping-pong ''Raquette d’or''
>>Tournoi international de ping-pong bientôt à Hô Chi Minh-Ville
>>L’équipe masculine du Vietnam, championne d’Asie du Sud-Est

La Thaïlandaise Paranang Orawan (2e à gauche), une nouvelle grande championne.

Le pongiste sud-coréen  Park Chan Hyoek a battu son coéquipier Kang Dong Soo en finale 4 à 0 et s’est emparé de la médaille d’or et d’une prime de 20 millions de dôngs.

Chez les femmes, la Thaïlandaise Paranang Orawan est montée sur la première marche du podium après sa victoire 4-1 contre Liu Ying du club Petrosetco de Hô Chi Minh-Ville. Auparavant,  en finale par équipe, Paranang Orawan avait aussi contribué à la victoire de son équipe (3-1) contre celle du Japon.

Malgré une nette supériorité, l’équipe sud-coréenne A a souffert pour battre par 3-2 l’équipe B. Elle a néanmoins soulevé la coupe et empoché 30 millions de dôngs.

Cette année, Petrosetco n’a pas pu conserver son titre de champion par équipe féminine à cause de sa moindre performance, surtout celle de Mai Hoàng My Trang. Petrosetco a fini troisième.

La Vietnamienne Mai Hoàng My Trang n’a pas été brillante lors de cette compétition.

Chez les hommes, Nguyên Duc Tuân (équipe de l’Armée vietnamienne) a montré des progrès mais a été battu en demi-finale simple contre Park Chan Hyoek, vainqueur du titre de champion. Il s’est classé à la troisième place. L’Armée a aussi décroché la médaille de bronze par équipe après sa défaite 1-3 en demi-finale face à la Corée B.

Cette compétition sportive a réuni près de 100 pongistes de 12 équipes venus de 6 pays et territoires : Taïwan, Hong Kong (Chine), Japon, République de Corée, Inde et, bien sûr, Vietnam. La valeur totale des primes s’élevait à près de 300 millions de dôngs, soit 100 millions de plus que l’an passé.  
 
Texte et photos : Quang Châu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.