19/05/2017 11:32
Les États-Unis ont bombardé jeudi 18 mai un convoi lié à Damas près de la frontière jordanienne, jugé menaçant pour des forces de la coalition contre le groupe État islamique, a indiqué le Pentagone.

>>Syrie : nouvelles négociations de paix à Genève
 

Attaque d'artillerie des forces syriennes contre les opposants près de la ville de Qumhanah, dans la province de Hama, en Syrie, le 1er avril.
Photo : AFP/VNA/CVN


"La coalition a frappé des forces pro-régime (...) qui posaient une menace pour des forces américaines et des forces alliées (syriennes) à At Tanf" près de la frontière jordanienne, a déclaré le colonel Ryan Dillon, un porte-parole militaire de la coalition en Irak.


Un autre responsable américain a précisé à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, que les forces pro-régime frappées étaient "probablement" des milices chiites, sans être plus précis sur leur identité.

Un porte-parole du Haut Comité des Négociations (HCN) de l'opposition syrienne a laissé entendre que le bombardement avait frappé des milices soutenues par l'Iran.

"L'Iran et ses milices ont maintenu Assad au pouvoir. Elles ne peuvent être autorisée à faire la guerre sur notre sol avec impunité", a déclaré Yehya al-Aridi.

La ville d'At Tanf est utilisée par des forces spéciales américaines et britanniques pour entrainer des opposants syriens qui se battent contre le groupe État islamique.

La coalition a tenté de dissuader le convoi de continuer sa progression, selon plusieurs responsables américains. Elle a utilisé notamment la ligne de communication spéciale mise en place avec la Russie, alliée de Damas, pour éviter les incidents entre avions russes et avions de la coalition dans le ciel de la Syrie.

Il y a eu des "tentatives apparentes de la Russie" pour dissuader les forces bombardées de se diriger vers At Tanf, a indiqué le colonel Dillon. La coalition a aussi envoyé des avions effectuer des tirs d'avertissement avant de procéder aux frappes, a-t-il précisé.

Selon le responsable de la défense anonyme, les véhicules bombardés comprenaient notamment un char et un bulldozer. Pour les responsables américains, il s'agit d'un incident ponctuel, qui n'annonce pas de changement dans la stratégie de la coalition qui ne combat que les jihadistes en Syrie.

Les États-Unis et la coalition ne bombardent pas les forces liées au régime syrien, à l'exception du bombardement de la base aérienne syrienne d'Al-Chaayrate début avril par les États-Unis dans la foulée d'une attaque chimique imputée à Damas.

La coalition a aussi reconnu avoir frappé "par erreur" fin septembre des combattants du régime syrien fin septembre près de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.

La coalition les avait identifiés à tort comme des jihadistes. Les opposants d'At-Tanf ont été la cible de plusieurs attaques ces derniers mois.


AFP/VNA/CVN

 

 

AFP 181942 GMT MAI 17

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Cao Bang : des plans pour développer le tourisme à la cascade de Ban Giôc Le Comité populaire de la province de Cao Bang (Nord) et le ministère de la Construction ont dévoilé la semaine dernière des plans généraux et détaillés pour le développement du site touristique de la cascade de Ban Giôc. L'objectif est de faire appel à l'investissement pour faire de Ban Giôc un site touristique clé de la province et du pays.