26/12/2015 20:34
Depuis cinq ans et notamment en 2015, le ministère des Sciences et des Technologies a enregistré des changements positifs, a affirmé le vice-Premier ministre Vu Duc Dam lors de la conférence-bilan dudit ministère tenu vendredi 25 décembre à Hanoi.
Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a félicité le ministère d’avoir contribué à faire inscrire le Vietnam dans le classement des trois pays les plus innovants de l’ASEAN dans l’édition de l’Indice mondial de l’innovation 2015 (GII, pour Global Innovation Index) publié par l’Université Cornell, l’INSEAD et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Afin d’exploiter les potentiels scientifico-technologiques nationaux, il faut compléter les politiques visant à encourager l’innovation au service des entreprises, a poursuivi le vice-Premier ministre Vu Duc Dam.

Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam lors de la conférence-bilan du ministère  des Sciences et des Technologies, tenu vendredi 25 décembre à Hanoi. 
Photo : VNA/CVN

L’innovation permet aux entreprises de réaliser des gains de productivité, d’améliorer la qualité de leurs produits et leur adaptation au marché et donc de gagner en compétitivité. Dans ce cadre, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche sont des leviers de la compétitivité et de l’attractivité économique. Les universités et les instituts de recherches doivent jouer un rôle plus actif, l’Etat doit mieux les orienter au lieu de se contenter de les financer, a-t-il encore indiqué.

Selon la Stratégie de développement des sciences et technologies pour la période 2011-2020, les produits de hautes technologies devraient contribuer à environ 45% du PIB vietnamien en 2020.

En 2020, les investissements dans les sciences et technologies devraient représenter environ 2% du PIB national, dont 3/4 provenant des entreprises et 1/4 de l’État. Depuis 2000, les dépenses pour les sciences et technologies représentent 2% du budget de l’État, soit l’équivalent de 0,5% du PIB.

Le GII 2015 passe en revue les "politiques d’innovation efficaces du point de vue du développement" et met en évidence de nouveaux moyens permettant aux décideurs des économies en développement de stimuler l’innovation et renforcer la croissance en s’appuyant sur les atouts locaux et en mettant en place un environnement propice à l’innovation au niveau national.

La Suisse, le Royaume-Uni, la Suède, les Pays-Bas et les États-Unis sont les cinq nations les plus innovantes au monde selon le GII 2015, alors que la Chine, la Malaisie, le Vietnam, l’Inde, la Jordanie, le Kenya et l’Ouganda font mieux que les autres pays de même statut économique.

L’OMPI a indiqué qu’avec la moitié de ses économies parmi les 40 premières, la région Asie du Sud-Est et Océanie conserve cette année son dynamisme en matière d’innovation. […] La performance de la région est par ailleurs stimulée par la Chine (29e) et la Malaisie (32e), mais aussi par l’évolution positive au Vietnam (52e), aux Philippines (83e) et au Cambodge (91e).
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï