06/03/2017 11:18
Les voitures électriques et l'énergie solaire ne lui suffisent pas : Elon Musk, l'homme rendu célèbre par ses Tesla, a maintenant pour objectif d'envoyer des touristes vers la Lune, voire au-delà.
>>SpaceX va lancer deux touristes autour de la Lune fin 2018
>>SpaceX lance sa fusée Falcon 9 vers la Station Spatiale Internationale

Elon Musk, Pdg de SpaceX, présente son projet "Hyperloop", le 29 janvier à Hawthorne, en Californie. Photo : AFP/VNA/CVN

Reconnu comme l'un des innovateurs les plus en pointe aux États-Unis, Elon Musk, né en Afrique du Sud, n'a que 45 ans mais a déjà derrière lui les succès du système de paiements en ligne Paypal, les voitures Tesla, l'entreprise de panneaux solaires SolarCity ainsi que SpaceX qui fabrique des fusées spatiales.

Cette dernière compagnie vient d'annoncer qu'elle voulait envoyer fin 2018 deux touristes faire le tour de la Lune, sur les traces des célèbres missions Apollo de la NASA entre 1960 et 1970. Selon SpaceX, il ne s'agira que d'une "étape" pour progresser ensuite vers Mars à l'horizon 2024.

Dans l'univers de la nouvelle économie dominée par l'internet, les entrepreneurs visionnaires, ou qui pensent l'être, sont nombreux mais Elon Musk place la barre très haut, peut-être trop pour certains.

Son projet "Hyperloop" permettant de transporter, sur Terre, des passagers dans des capsules circulant dans un tube à basse pression à une vitesse pouvant atteindre 1.200 km/h, passait pour de la science-fiction lorsqu'il l'a présenté. Or il pourrait se concrétiser en Californie et entre la République tchèque et la Slovaquie. Un centre de recherche dédié à cette technologie vient de s'ouvrir à Toulouse, en France.

Chat domestique

Malgré son esprit visionnaire et futuriste, Elon Musk redoute les développements tous azimuts de l'intelligence artificielle par crainte qu'elle ne se retourne contre les hommes. Il a ainsi participé à la création d'un cabinet de recherche pour développer une intelligence artificielle "humaine".

Il a aussi suscité la surprise en émettant l'hypothèse que le monde que nous connaissons ne serait qu'une vaste simulation informatique. "Les chances que nous vivions dans une vraie réalité sont d'une sur des milliards", a-t-il affirmé.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Le Vietnam promeut le tourisme en Australie Un programme a eu lieu le 17 août à Sydney pour présenter la beauté du Vietnam, de sa terre, de son peuple et de sa culture aux Australiens. L'événement a attiré plus de 80 entreprises opérant dans les domaines du tourisme, de l'hôtellerie et de l'aviation des deux pays.