12/08/2017 16:29
Le président chinois Xi Jinping a pressé samedi 12 août, lors d'un entretien téléphonique, son homologue américain Donald Trump d'éviter "les mots et les actes" qui pourraient "exacerber" les tensions déjà fortes dans la péninsule coréenne.
>>Le chef de l'ONU "profondément préoccupé" par les tensions en péninsule coréenne
>>Washington et Pékin accentuent les pressions sur Pyongyang
>>Trump maintient la pression sur la RPDC, se dit prêt à frapper
>>Pyongyang s'apprête à tester des missiles mer-sol avec un sous-marin

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU votent une résolution prévoyant de nouvelles sanctions contre la RPDC, le 5 août à New York.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au cours d'une communication téléphonique samedi matin 12 août (heure locale, vendredi soir 11 août heure américaine), M. Xi a appelé les parties à la "retenue" et à "persister dans la direction générale du dialogue, des négociations et d'un règlement politique", a indiqué la télévision d'État chinoise CCTV.

De son côté, la Maison Blanche a publié un communiqué selon lequel les deux leaders appellent la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à "cesser son comportement provocateur et porté à l'escalade" et réitèrent "leur engagement mutuel envers une dénucléarisation de la péninsule coréenne". Cet entretien téléphonique intervient après plusieurs jours de surenchère sans précédent entre Washington et Pyongyang. Vendredi 11 août, le président Trump avait assuré que l'option militaire était désormais "prête à l'emploi".

Depuis son golf de Bedminster, près de New York, où il passe ses vacances, M. Trump s'est également entretenu avec le gouverneur de Guam Eddie Calvo, à qui il a "assuré" que "les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam, comme celle de l'ensemble des États-Unis", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

La RPDC a annoncé qu'elle projetait de lancer des missiles à proximité de cette île américaine du Pacifique. L'armée nord-coréenne, citée par l'agence de presse officielle KCNA, a fait état jeudi 10 août de ce projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le territoire japonais avant d'aller s'abattre en mer "à 30 ou 40 kilomètres de Guam". En réponse, le Japon a commencé samedi 12 août à déployer son système de défense antimissile Patriot, après les menaces de Pyongyang.

"Le feu et la colère"

Donald Trump avait affirmé que la RPDC se heurterait "au feu et à la colère" des États-Unis si jamais les menaces de Pyongyang continuaient. Et vendredi 11 août, il avait estimé que ces paroles n'étaient "peut-être pas assez dures".

La Chine, principal partenaire économique de la RPDC, joue un rôle crucial pour l'efficacité des sanctions économiques prises contre Pyongyang pour l'obliger à freiner ses programmes nucléaire et balistique. Mais Pékin, dont la marge de manoeuvre est étroite, était jusqu'alors restée en retrait, renvoyant volontiers dos à dos les deux pays.

Lors de l'entretien téléphonique, M. Trump a assuré, selon la télévision chinoise, que "pour le moment, les relations américano-chinoises sont sur la bonne voie". "Je pense qu'elles peuvent devenir encore meilleures", a-t-il dit selon la même source. Washington a appelé à plusieurs reprises Pékin à faire davantage contre son allié nord-coréen.

Avant cette discussion entre les deux chefs d'État, aucun signe d'apaisement n'était perceptible. Or les prochains exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington, durant lesquels les tensions sur la péninsule coréenne tendent à s'aggraver, commencent prochainement, autour du 21 août.

La Chine a proposé à plusieurs reprises un double "moratoire" : l'arrêt simultané des essais nucléaires et balistiques nord-coréens et des manoeuvres militaires conjointes de Washington et Séoul. Cette montée des tensions entre les États-Unis et la RPDC pèse sur les marchés financiers et inquiète de nombreux dirigeants mondiaux.
 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.