08/07/2017 19:05
La mystérieuse disparition de l'explorateur britannique John Franklin et de 128 membres d'équipage lors d'une expédition tragique en Arctique livre tous ses secrets à partir du 14 juillet au National Maritime Museum de Londres.
>>Rétrospective Dior au Musée des Arts décoratifs pour les 70 ans de la maison
>>Un Pissarro confisqué pendant la guerre réapparaît au musée Marmottan
>>Musée : araignées, serpents ou flèches au curare pour raconter les poisons

Des photos de l'explorateur britannique John Franklin et de membres de l'équipage lors d'une expédition tragique en Arctique, exposés au National Maritime Museum de Londres, le 7 juillet 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'exposition retrace le périlleux voyage de John Franklin, parti du Royaume-Uni le 19 mai 1845, afin de découvrir le Passage du Nord-Ouest permettant d'accéder à l'Asie par l'Océan Arctique.

Les deux navires de l'expédition, l'Erebus et le Terror, avaient sombré dans l'Arctique et, malgré de nombreuses expéditions entre 1847 et 1880, les épaves n'ont été retrouvées qu'en 2014 et en 2016.

Dans une ambiance tamisée et qui rappelle la froideur de l'Arctique, le National Maritime Museum expose 200 objets qui proviennent en grande partie de l'Erebus, et qui permettent de mieux appréhender cette mystérieuse expédition.

Une feuille de papier, intitulée Victory Point Note, rédigée par un membre de l'équipage et retrouvée lors d'une expédition en 1859, indique par exemple la date de la mort de John Franklin, et de 23 de ses hommes: le 11 juin 1847.

Trois photographies saisissantes donnent également à voir les corps de trois membres de l'équipage de John Franklin, enterrés dans la glace et extrêmement bien conservés.

L'exposition dépeint le travail
colossal réalisé en 2014


Des restes de certains membres du périple, découverts dans les années 1980 sur l'île Beechy et analysés par un groupe de scientifiques, laissent à penser que l'équipage était mort de froid, de faim et d'empoisonnement au plomb. La reproduction d'os, lacérés à certains endroits, dénote aussi des signes de cannibalisme.

Outre la présentation de l'expédition tragique et de l'appétence des navigateurs de l'époque victorienne pour les voyages en Arctique, l'exposition dépeint le travail colossal réalisé, en 2014, par les archéologues de l'agence Parcs Canada.

Dans la dernière salle de l'exposition, une énorme cloche ayant appartenu à l'Erebus est ainsi entourée de photographies et vidéos où des plongeurs canadiens découvrent l'épave, qui reposait dans le détroit de Victoria, au large de l'île du Roi-Guillaume.

"Death in the ice" est présentée du 14 juillet au 7 janvier 2018.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.