15/01/2016 16:04
Que faire pour mieux aider les victimes des bombes et des mines ? Cette problématique était au centre du débat lors d’un séminaire intitulé "Renforcer l’aide aux victimes des bombes et des mines" organisé le 13 janvier à Hanoi par le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales.
>>Vietnam et Chine coopèrent dans le déminage à la frontière
>>Intensifier la coopération Vietnam - République de Corée dans le déminage

Neutralisation d’une bombe dans l’arrondissement de Ngu Hành Son, ville de Dà Nang (Centre). Photo : Trong Duc/VNA/CVN

Il en est ressorti que le Vietnam était l’un des pays les plus touchés par les bombes et les mines dans le monde. Depuis 1975, ces engins datant de la guerre ont fait plus de 40.000 morts et 60.000 blessés, essentiellement dans le Centre du pays.

"D’ici à 2020, le pays élaborera un plan national destiné à aider à la réintégration sociale des victimes", a annoncé To Duc, directeur adjoint du Département de protection sociale du ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales. Il s’agit de secourir les victimes, de rendre plus efficace le réseau de réhabilitation fonctionnelle, d’accorder des prêts et d’aider ces personnes à suivre une formation professionnelle et à trouver un emploi.

"Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales est en train de peaufiner un projet de base de données de sécurité sociale qu’il soumettra prochainement au Premier ministre. Un volet de ce projet concerne les handicapés, dont les victimes des bombes et des mines. Une fois mise en place, cette base de données unifiée facilitera le partage d’informations entre les ministères, les localités et les partenaires internationaux", a indiqué Tô Duc.

VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.