29/12/2015 19:24
En 2015, les soins des victimes de l’agent orange/dioxine ont reçu une grande attention des autorités locales de l’ensemble du pays.
>>Vietnam et R. de Corée coopèrent pour régler les conséquences de la dioxine
>>Adoucir la douleur des victimes de l’agent orange

En effet, 265.603 victimes ont reçu des cadeaux, des bourses d’études, des fauteuils roulants, des soins médicaux gratuits, de nouvelles maisons, des fonds pour leur activité économique… Par ailleurs, des centres de soins des victimes et des établissements de création d'emploi pour ces dernières ont été créés dans plusieurs villes et provinces.

C’est ce qu’a annoncé le président de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA), le général de corps d'armée Nguyên Van Rinh, lors de la 3e Conférence de la VAVA pour le mandat 2013-2018 qui a eu lieu le 29 décembre à Hô Chi Minh-Ville.

Dans un centre de réadaptation fonctionelle pour les victimes de l'agent orange à Quang Tri (Centre).
Photo : Anh Tuân/VNA/CVN

Cette année, la VAVA a fondé 11 associations supplémentaires au niveau du district, et 218 au niveau de la commune, en particulier dans les zones défavorisées. L'association est présente, à ce jour, dans 61 des 63 provinces et villes du pays, 593 des 666 districts et 6.341 des 9,242 communes.

Ces derniers temps, des associations des victimes de l’agent orange/dioxine au niveau local ont organisé divers programmes de sensibilisation, dont la course pour les victimes de l’agent orange/dioxine à Hô Chi Minh-Ville qui a suscité la participation de près de 10.000 personnes, l'échange «Accompagner pour partager la douleur des victimes de l'agent orange/dioxine » à Dà Nang, la collecte de fonds pour le procès de Trân Tô Nga contre 26 compagnies américaines devant le tribunal de grande instance d’Evry…

Mobiliser davantage d'assistance

Lors de cette conférence, le général de corps d’armée Nguyên Van Rinh a demandé aux associations relevant de la VAVA de renforcer leur organisation, de suivre de près les conditions de vie comme la santé des victimes, ainsi que de veiller à la mise en œuvre des politiques définies pour ces victimes. Il a également suggéré aux associations locales d’accélérer les dialogues avec la population afin de mobiliser davantage d'assistance et mieux soutenir la lutte pour la justice de ces victimes.

En 2016, la VAVA continuera d’intensifier ses activités de sensibilisation et de diffusion des politiques concernant les victimes de l’agent orange/dioxine en vue d’améliorer la prise de conscience, la responsabilité et les actions de la société à l'égard de ces personnes.

Pendant la guerre du Vietnam de 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé environ 80 millions de litres de défoliants toxiques, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, l’un des produits toxiques les plus puissants, qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l’organisme.

Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés aux herbicides, dont 3 millions en subissent encore les séquelles. Aujourd’hui arrive la quatrième génération et les dégâts sanitaires sont toujours là, catastrophiques.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï