05/08/2017 15:27
Trois anciens objets vietnamiens de grande valeur sur les plans historique et culturel seront mis aux enchères le 19 août à Hanoï. C’est la première fois qu’une société d’enchères professionnelle est autorisée par le Comité populaire de la ville à vendre des antiquités du pays.
>>Le tableau Ha Long vendu à 35.000 dollars aux enchères à Hanoï
>>Le marché de l’art vietnamien explose aux enchères publiques

La première vente aux enchères d’œuvres d’art a eu lieu le 28 mai 2016 à Hanoï.
Photo : DT/CVN

«Les trois antiquités qui seront mises aux enchères cette fois ont été évaluées par des experts de premier plan. Nous avons également complété tous les dossiers juridiques et scientifiques nécessaires accordés par les institutions compétentes pour garantir la qualité et la légalité de ces trésors», a informé Quan Van Minh, directeur de la Société par actions des enchères No5 national.

Un des symboles de la culture de Dông Son

Ces trois anciens objets uniques comprennent un vase en bronze de 2.000 ans de la culture de Dông  Son, une jarre en céramique de la dynastie des Trân (1225-1400) et une boîte en émail de la famille royale de la dynastie des Nguyên (1802-1945). Cette dernière est un trésor de la Cour impériale de Huê, qui était utilisé pour remettre des offrandes aux rois et aux membres de la famille royale.

Ces antiquités, propriété d’un collectionneur de la ville septentrionale de Hai Phong, ont été évaluées par des institutions spécialisées et des experts renommés pour déterminer leur originalité et leur valeur. Selon Quan Van Minh, les collectionneurs - vietnamiens comme étrangers - peuvent acquérir ces trois antiquités. Cependant, le vase en bronze de la culture de Dông Son, dont le prix de départ a été fixé à 995.450.000 dôngs (43.769 dollars), ne sera pas autorisé à quitter le Vietnam.

La vente aux enchères sera ouverte au public et aux collectionneurs, vietnamiens comme étrangers. Photo : DG/CVN

La culture de Dông Son s’est développée entre le VIIe siècle avant notre ère jusqu’au Ier et IIe siècles après J.-C. Ce vase mesure 53,3 cm de haut et est entièrement recouvert de nodules décoratifs et de motifs triangulaires autour de son cou. «C’est une antiquité rare et intacte, peut-être l’un des plus grands récipients en bronze de la culture de Dông Son. On ne l’a jamais vu dans les musées ou les collections privées», a expliqué Bùi Van Liêm, directeur adjoint de l’Institut d’archéologie du Vietnam.

D’autres produits mis en vente

Outre ces anciens objets, un ensemble de bijoux en gemme à deux rubis étoilés exploités dans la province montagneuse de Yên Bai (Nord) viendra compléter cette séance. Leur prix initial est fixé à 1,7 milliard de dôngs (74.770 dollars). Le rubis est l’une des pierres précieuses les plus rares au monde. En raison de son exploitation excessive, cette gemme semble être épuisée et on ne la trouve plus que dans quelques pays.

Seront mises aux enchères également cinq statues de bronze dorées à l’effigie de Trân Hung Dao, ce général vietnamien de la dynastie des Trân connu de tous pour avoir remporté la bataille historique de Bach Dang contre la flotte des Yuan-Mongols en 1288. Ces œuvres ont été créées par l’artisan Lê Bá Chung, du village de métier de Kiêu Ky.

Cinq statues de bronze dorées à l’effigie de Trân Hung Dao seront mises aux enchères. Photo : DG/CVN

Kiêu Ky se trouve dans le district de Gia Lâm, en banlieue de Hanoï. Il est connu depuis 300 ans pour être spécialisé dans la fabrication de feuilles d’or  et le sertissage d’or, le seul au Vietnam. Un artisan qualifié est en mesure de n’utiliser que 3,75 grammes d’or pour faire une feuille couvrant un mètre carré. C’est la première fois que des produits de ce village sont mis aux enchères.

«Grâce à la vente aux enchères, nous espérons pouvoir mieux promouvoir notre village afin que cela profite à nos artisans», a partagé Phung Dac Quan, vice-président du Comité populaire de la commune de Kiêu Ky.

Thuy Hà/CVN
 


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Côn Dao dans le top 4 des paradis d’Asie du Sud-Est en devenir Le journal South China Morning Post (SCMP) vient de publier un article louant la beauté de quatre destinations considérées comme des bijoux peu connus en Asie du Sud-Est. Des endroits qui ont conservé leur tranquillité et leur beauté, ce qui est extrêmement rare dans les destinations touristiques populaires.