11/07/2017 15:50
Les forces irakiennes tentent d'éliminer mardi 11 juillet la dernière poche de résistance jihadiste à Mossoul après un déplacement du Premier ministre dans la ville dévastée pour féliciter les troupes pour leur "victoire".

>>Irak : combats acharnés à Mossoul, fuite des civils
>>Les forces irakiennes progressent à Mossoul

 

Des membres des forces armées irakiennes célèbrent la "libération" de Mossoul, le 10 juillet. Photo : AFP/VNA/CVN

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a proclamé la veille la victoire sur "la brutalité et le terrorisme" après que ses forces ont mis fin à la mainmise de l'organisation État islamique (EI) sur cette deuxième ville du pays, dévastée par des mois de combats.

Mais les autorités sont désormais confrontées à la tâche titanesque de sa reconstruction et au sort d'un million de réfugiés.

Après une offensive d'envergure soutenue par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, lancée le 17 octobre 2016, les forces irakiennes ont "libéré" la ville septentrionale tombée en 2014 aux mains des jihadistes, responsable d'atrocités et d'attentats meurtriers.

Le président américain Donald Trump, en félicitant M. Abadi, a souligné que les jours de l'EI "sont comptés" en Irak et en Syrie voisine. Son chef de la diplomatie Rex Tillerson a dit que la "libération" de Mossoul représentait une "étape cruciale" dans le combat mondial contre l'EI mais que la lutte antijihadistes n'était pas terminée.

"Notre victoire aujourd'hui est une victoire sur la brutalité et le terrorisme. J'annonce aujourd'hui au monde entier la fin, l'échec et l'effondrement de l'État terroriste fictif" de l'EI, a lancé M. Abadi, en uniforme militaire noir et casquette sur la tête.

Il a également affirmé que les priorités de son gouvernement étaient désormais la "stabilité et la reconstruction", alors qu'une tâche titanesque attend le pouvoir pour reconstruire la ville en partie en ruines et aider les centaines de milliers de civils déplacés.

 

Une vue le 9 juillet de la vieille ville de Mossoul complètement détruite.
Photo : AFP/VNA/CVN


Dernier carré jihadiste

Les forces irakiennes s'efforçaient d'éliminer l'ultime poche de résistance dans la vieille ville de Mossoul, où les derniers jihadistes sont encerclés dans un petit réduit, selon les commandants irakiens.

Les affrontements se déroulaient encore dans un réduit d'environ 200m sur 100, selon le général Sami al-Aridhi.

Des soldats armés de mitrailleuses et de fusils ont tiré des toits des bâtiments largement détruits, alors que des colonnes de fumée s'élevaient du Vieux Mossoul après le passage de l'aviation.

Les jihadistes "n'acceptent pas de se rendre. Ils crient 'Nous ne nous rendrons pas, nous voulons mourir'", a ajouté le général Aridhi, en jugeant "probable que (les combats) se terminent" lundi 10 juillet.

Selon lui, entre 3.000 et 4.000 civils restent dans la poche jihadiste mais ce chiffre n'a pu être confirmé de source indépendante.

Des photos montrent l'ampleur des dégâts dans la vieille ville. Plus un toit ne semble tenir debout et nombre de bâtiments sont complètement aplatis.

La reprise de Mossoul constitue le plus important succès de Bagdad depuis que le groupe extrémiste sunnite s'était emparé en 2014 de vastes régions en Irak dont Mossoul.

Cette victoire ne porte toutefois pas le coup de grâce à l'EI, qui détient toujours des portions de territoires en Irak, et des secteurs plus importants encore en Syrie voisine, même s'il a également perdu du terrain dans ce pays où son fief de Raqa est assiégé par des forces soutenues par les États-Unis.

La victoire à Mossoul a été obtenue au prix de milliers de victimes, civils et militaires, d'une crise humanitaire énorme et de destructions colossales.

Amnesty International a réclamé mardi 11 juillet la création d'une commission indépendante sur les crimes qui ont pu être commis contre les civils à Mossoul par le groupe État islamique (EI), mais aussi par les forces irakiennes et la coalition anti-jihadiste.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.