14/07/2017 14:19
L'ex-président brésilien de gauche Lula condamné à la prison, sa dauphine Dilma Rousseff destituée, l'actuel président Michel Temer menacé d'un procès : le Brésil vit depuis un peu plus d'un an une crise politique sidérante.

>>Manifestations au Brésil pour exiger la démission du président Temer
>>La Cour suprême du Brésil libère l'ex-bras droit de Lula, condamné pour corruption
 

Lula condamné, Dilma destituée, Temer accusé, sidérante crise politique au Brésil. Photo : AFP/VNA/CVN


En se voyant infliger mercredi 12 juillet une peine de neuf ans et six mois de prison pour corruption et blanchiment d'argent, Luiz Inacio Lula da Silva, icône de la gauche latino-américaine, est devenu le premier ex-président du Brésil condamné.

La décision du juge Sergio Moro est intervenue au moment où les députés s'apprêtent à décider du sort de l'actuel président Michel Temer, dont le mandat ne tient plus qu'à un fil. Ils doivent voter sur la tenue ou non d'un procès pour corruption du président de ce grand pays de 200 millions d'habitants qui se bat pour sortir de la récession.

Quoi qu'il lui arrive, Michel Temer est d'ores et déjà le premier président brésilien en exercice formellement mis en accusation pour corruption.

M. Temer avait lui-même accédé au pouvoir en 2016 à la faveur d'une crise politique brutale: la destitution pour maquillage des comptes publics de Dilma Rousseff, dont il était le vice-président.

Il y a quelque chose de maudit avec la fonction présidentielle au Brésil. D'ailleurs mercredi 12 juillet, le juge Moro a mesuré la portée de la condamnation de Lula.

"Comme l'emprisonnement d'un ex-président de la République représente un certain traumatisme, (...) il est plus prudent d'attendre le jugement de la Cour d'appel", a-t-il dit pour expliquer le maintien en liberté de celui qui avait battu les taux de popularité en quittant le pouvoir (80%).

Pour ajouter au caractère surréaliste de la situation politique, Lula, s'il perd son appel, ne pourra pas être candidat à la présidentielle de 2018, pour laquelle il apparaît favori dans les intentions de vote.

Et celui qui semble un des seuls à pouvoir le battre vient de le crucifier : le juge Moro. Qui d'ailleurs dit n'avoir aucune intention de se présenter.

"La classe politique brésilienne est en pleine débâcle. Il y a un besoin de renouvellement mais personne ne sait par quoi la remplacer", estime Everaldo Moraes, politologue de l'Université de Brasilia.

Les hommes politiques "sont tous sont condamnés par l'opinion publique", ajoute-t-il.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Ha Long, le dragon alangui a bien pris son envol Ces dernières années, la province de Quang Ninh (Nord) a obtenu de bons résultats dans le développement de ses infrastructures, notamment les complexes de villégiature et de loisirs. En la matière, la ville de Ha Long fait figure d’exemple.