20/09/2015 08:04
La sélection féminine vietnamienne d’aviron compte plusieurs sportives prometteuses. Mais leur succès ne dépend pas uniquement d’elles. L’expertise amenée par l’Australien Joe Donnelly est essentielle.
>>Un carton dans les disciplines olympiques aux SEA Games 28
>>Les sportifs vietnamiens visent haut pour les SEA Games 28

L’australien Joe Donnelly prodigue ses conseils à l’équipe féminine d’aviron vietnamienne depuis six ans.

Joe Donnelly est un avironneur australien de renom. Il a représenté son pays aux Championnats du monde d’aviron de 1974 et de 1975. Depuis six ans, il prodigue ses conseils à la sélection féminine vietnamienne d’aviron.

«Beaucoup de gens me demandent pourquoi je ne me concentre pas sur les sportifs australiens. La réponse est simple : le destin, confie-t-il. En 2009, lors de vacances avec mon épouse au Vietnam, j’ai eu la chance de voir l’équipe féminine vietnamienne s’entraîner sur le lac de l’Ouest, à Hanoi. J’ai tout de suite su que je voulais les aider à se perfectionner».

Depuis, Joe Donnelly fait la navette entre l’Australie et le Vietnam. Trois ou quatre fois par an. Il paie lui-même ses billets d’avion. «Si les avironneuses ne bénéficient pas de techniques d’entraînements modernes et ne s’exercent pas sur des bateaux aux normes internationales, il sera difficile pour elles de s’affirmer lors des compétitions de niveau mondial», fait-il remarquer.

Grâce à ses relations, Joe Donnelly a approché les organisations australiennes pour que les rameuses vietnamiennes puissent s’entraîner dans ce pays et participer à des compétitions internationales. Il s’est même démené pour que ses élèves bénéficient d’équipements et de bateaux d’entraînement de qualité.

Résultats remarquables aux SEA Games 28

«Il est généreux et aime le Vietnam. Nous sommes très touchés par ce qu’il fait pour l’aviron vietnamien», partage Nguyên Van Thang, président du club d’aviron du lac de l’Ouest, à Hanoi. À l’approche des Jeux sportifs d’Asie (ASIAD) de 2010, en Chine, ce dernier avait demandé à Joe Donnelly d’aider l’équipe nationale d’aviron dans ses préparatifs. Le résultat obtenu à dépasser toutes les espérances. Pour la première fois, les Vietnamiennes ont remporté une médaille de bronze.

Grâce à l’entraîneur Joe Donnelly, les performances des rameuses vietnamiennes ont connu une progression phénomérale.

Depuis, l’Australien accompagne régulièrement l’équipe nationale féminine lors des grandes échéances internationales. Il a grandement contribué au succès qu’elle rencontre actuellement. Au début de l’année, un nouveau cap a été franchi. La sélection féminine a terminé en tête de la Coupe d’aviron asiatique, avec huit médailles d’or. Lors des 28es Jeux sportifs de l’Asie du Sud-Est (SEA Games 28), disputés en juin dernière à Singapour, elle a remporté au total huit médailles d’or, quatre d’argent et une de bronze. Soit deux fois plus que l’objectif fixé (trois ou quatre médailles d’or).

«Les succès remportés lors de ces deux compétitions sont le résultat des six dernières années passées à entraîner l’équipe. L’aviron est un sport qui demande du temps, de l’expertise et du dévouement», explique Joe Donnelly.

Mais les défis restent de taille, notamment pour renforcer les sportives sur le plan athlétique. D’autant plus que dans le sport de haut niveau, les améliorations se font à l’image d’une pyramide inversée : plus on devient bon, moins l’on progresse rapidement. Raison pour laquelle la sélection devrait s’entraîner avec des équipements aux normes internationales et bénéficier d’un régime alimentaire adapté. «Parvenir au sommet n’est pas aisé. Mais nous le devons. Notre objectif, c’est les Jeux olympiques», insiste-t-il.

Combler le manque de protéines

«J’entraîne cette équipe depuis plusieurs années et j’ai observé leurs performances lors des JO de Londres 2012 et des championnats du monde 2013 en Corée du Sud, continue l’Australien. J’ai remarqué une perte significative de vitesse dans les derniers 1.000 mètres de la course, comparé aux sportives des autres pays. Ce problème est dû à un manque d’endurance, causé par une carence en protéines dans leur régime alimentaire».

Sur les conseils d’un de ses amis travaillant à l’Institut australien des sports, Joe Donnelly a fourni à l’équipe nationale vietnamienne des compléments alimentaires protéinés en provenance d’Australie pour les ASIAD de 2014 et les SEA Games 28. Les progrès ne se sont pas faits attendre, avec les résultats que l’on connaît : une médaille d’or et deux de bronze aux ASIAD de 2014 et huit médailles d’or aux SEA Games 28. «Malheureusement, je n’ai pas pu leur fournir ces protéines pour les Championnats du monde 2015», déplore Joe Donnelly.

D’ici la fin de l’année, l’équipe nationale d’aviron féminine participera aux Championnats d’Asie, disputés la dernière semaine de septembre à Pékin (Chine), puis à l’ASIAD Cup 3, prévue en novembre en Iran.
 
Texte et photos : Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï