12/03/2017 13:18
Le gouvernement vient d’autoriser ses citoyens à jouer dans les casinos implantés dans le pays. Mais ceci s’accompagne de conditions auxquelles une fraction d’entre eux seulement peut répondre.

>>Le décret sur les paris sportifs en vigueur le 31 mars
>>Bridge et poker prennent date au Vietnam
>>Les boutiques duty-free et casinos embarquent sur les bateaux de croisière

Seuls les citoyens vietnamiens répondant aux bons critères de revenus pourront jouer dans les casinos.
Photo : Thuy Tiên/CVN

La décision a eu un grand écho au Vietnam. Selon un récent décret gouvernemental, les Vietnamiens adultes seront officiellement autorisés à jouer dans les casinos à partir du 15 mars.

Ce texte prévoit en effet que les citoyens vietnamiens de plus de 21 ans pourront accéder pendant une période expérimentale de trois ans aux casinos agréés par le gouvernement, à condition de satisfaire à plusieurs critères, que sont : disposer de revenus réguliers d’au moins 10 millions de dôngs par mois ou justifier d’une imposition dans la 3e tranche de l’impôt sur le revenu, ce qui correspond à des revenus mensuels moyens de 10 à 18 millions de dôngs.

Un plafond de sommes engagées trop bas

Le décret fixe aussi à 25 millions de dôngs par mois et à un million de dôngs par 24 heures le plafond des sommes d’argent, obligatoirement en espèces, pouvant être jouées. Par ailleurs, le casino étant un secteur sensible, le décret impose des conditions spéciales, par exemple que les proches des joueurs n’aient pas fait l’objet de plaintes de la part du casino.

Aux dires d’experts, si le fait de limiter le nombre de joueurs pendant la période expérimentale s’avère nécessaire, la sélection sur la base des revenus sera difficile à appliquer. «La vérification des revenus des salariés sera facile, il suffira d’examiner leur feuille de paie. Mais pour les travailleurs indépendants et les commerçants, ce sera plus compliqué. Quels documents leur faudra-t-il présenter ?» argumente Nguyên Hoàng Hai, vice-président de l’Association des investissements financiers.

À Singapour, les règles d’accès  aux casinos sont assez simples.
Photo : Hoàng Dinh/CVN

Selon le ministère des Finances, environ 70% des contribuables relèvent de la première tranche d’imposition sur le revenu personnel (c’est-à-dire que leur revenu mensuel est inférieur à 5 millions de dôngs). Or, seules les personnes ayant au moins 10 millions de dôngs de revenu mensuel seront autorisées à jouer. «Ces conditions trop strictes feront que les casinos resteront inaccessibles à la plupart de nos concitoyens», déplore Nguyên Hoàng Hai.

Quant aux joueurs, ils considèrent unanimement que le plafond des sommes permises est trop bas, aussi cette ouverture des casinos les laisse-t-ils plutôt dubitatifs. «Il faudrait que ce plafond soit plus souple, modulable en fonction des joueurs», estime Ngô Thanh P, un homme d’affaires de Hanoï.

Un responsable d’une entre-prise à Hanoï abonde en ce sens : «Une limite de 25 millions de dôngs par mois, pour les personnes fortunées, c’est de la roupie de sansonnet ! Leur passion du jeu, ils iront la satisfaire à l’étranger, comme avant».

Nouvelles opportunités pour le secteur touristique

Hà Tôn Vinh, qui étudie le marché des casinos depuis longtemps, estime qu’ouvrir les casinos aux Vietnamiens est une bonne décision, mais qui doit s’accompagner de contrôles stricts. Il a pris comme exemple la République de Corée,  pays riche qui compte 17 casinos, mais dont un seul -Kangwon Land- est ouvert aux citoyens sud-coréens. En plus, il est situé dans une région reculée, à des centaines de kilomètres de Séoul. Au Népal et au Cambodge, les casinos sont ouverts uniquement aux étrangers.

Selon le ministère des Finances, ce décret gouvernemental permettra de répondre aux besoins de loisirs d’une partie de la population, de lutter contre les jeux d’argent illégaux et de freiner la fuite de devises à l’étranger. Les Vietnamiens dépenseraient en effet près de 2.000 milliards de dôngs par an dans les casinos étrangers.

Ce nouveau décret encouragera également les investisseurs à bâtir des complexes touristiques dotés d’un casino.

D’après un rapport du ministère des Finances, le pays compte huit projets de casino agréés. Six sont de petits établissements dans les villes et provinces de Lào Cai, Quang Ninh (casino Vân Dôn), Hai Phong (casino Dô Son), Dà Nang (Crowne International Casino), deux sont de plus grande envergure : Hô Tràm dans la province de Bà Ria-Vung Tàu (ouvert depuis juillet 2013), et Nam Hôi An (province centrale de Quang Nam), dont le chantier a débuté en avril 2016.

Le groupe Vingroup, toujours à la pointe, a mis en chantier un casino à Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud). D’un montant d’investissement prévisionnel de 870 millions de dollars, il sera l’un des plus grands du pays.
 
Thuy Tiên – Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».