07/07/2017 17:25
Dans une déclaration publiée le 7 juillet, le ministère philippin des Affaires étrangères condamne fermement l’assassinat barbare de civils innoncents, devant le meurtre de deux Vietnamiens par le groupe terroriste Abou Sayyaf.
>>Le Premier ministre s’indigne de l’assassinat de deux otages vietnamiens aux Philippines
>>Le ministère des AE condamne fermement l’assassinat de deux Vietnamiens aux Philippines

Le ministre philippin des Affaires étrangères, Alan Peter Cayetano.    Photo : Reuters/VNA/CVN
Le ministère philippin exprime également sa plus profonde sympathie à la famille et aux amis des victimes, ainsi que sa solidarité avec le gouvernement et les citoyens du Vietnam. «Le gouvernement philippin s’engage fermement que les coupables de ce crime seraient sanctionnés par la Justice», a-t-il déclaré.

Hoàng Trung Thông et Hoàng Van Hai, deux marins du bateau Royal 16, ont été enlevés en novembre 2016 par le groupe terroriste Abou Sayyaf. Ils ont été assassinés et leurs corps ont été découverts le 4 juillet 2017 à Basilan aux Philippines. Selon le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Vu Hong Nam, le Vietnam coopère avec les organes compétents philippins pour aider les proches des victimes à accomplir les formalités nécessaires au rapatriement de leurs corps. Grâce à l’aide des organes philippins, des représentants de l’ambassade du Vietnam sont déjà arrivés au lieu où les corps des victimes sont conservés, bien que la région de Zamboanga soit placée sous la loi martiale, a-t-il annoncé à la presse.

Le 6 juillet, le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a exprimé sa grande tristesse et son indignation devant ce crime. Il a déclaré que les terroristes coupables doivent être punis et appelé la communauté internationale à lutter ensemble contre le terrorisme.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.