07/07/2017 16:58
Sur les six premiers mois de 2017, le Vietnam a exporté un total de 126.000 tonnes de poivre, pour un chiffre d’affaires de 750 millions de dollars, soit une hausse de 18% en volume et de 16% en valeur, selon l’Association du poivre du Vietnam (VPA).
>>Le Vietnam table sur 1,6 milliard de dollars d’exportations de poivre en 2017
>>Le poivre, une épice «en or» pour le Vietnam

Sur les six premiers mois de 2017, le Vietnam a exporté un total de 126.000 tonnes de poivre, pour un chiffre d’affaires de 750 millions de dollars.
Photo : Hông Nhung/VNA/CVN

Au regard de la croissance de ces exportations, ladite association déclare qu’elle pourra obtenir facilement son objectif d’exporter au total 180.000 tonnes de poivre selon le plan fixé d’ici la fin d’année.   

Selon Dô Hà Nam, président de la VPA, le volume des exportations de poivre du Vietnam représente 60% du volume mondial. Grâce à sa bonne qualité, le poivre du Vietnam joue un rôle dominant sur le marché international. Sur cette base, les cultivateurs comme les entreprises exportatrices génèrent des profits importants. «À l’heure actuelle, le poivre du Vietnam reste toujours un produit favori des marchés exigeants comme les États-Unis, l’Union européenne et le Japon», a souligné M. Nam.

Nguyên Ngoc Luân, directeur de la coopérative du poivre Lâm Sang, province de Dông Nai (Sud), a fait savoir qu’au premier semestre, sa coopérative avait expédié 300 tonnes de poivre vers le marché européen, soit le double comparé à la même période de l’année dernière. «Les commandes de ce marché sont toujours importantes, avec au moins 5.000 tonnes chaque année», a déclaré M. Luân.

Selon les statistiques du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, les plantations de poivrier du Vietnam couvrent 140.000 ha, dépassant de 90.000 ha la planification fixée du gouvernement d’ici 2020. En raison du profit dégagé par la culture du poivrier, les cultivateurs ne cessent d’élargir la superficie des terres consacrées à sa culture.

Face à cette réalité, M. Nam a préconisé aux cultivateurs d’être vigilants face au marché et de préserver la qualité du poivre, sans oublier d’appliquer la bonne pratique agricole pour répondre aux exigences du marché international et concurrencer le poivre indien, malaisien et indonésien.
 
Truong Giang/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï