22/09/2015 17:38
Les États-Unis et l'Inde, qui aiment se présenter comme les deux "plus grandes démocraties du monde", ont lancé le 21 septembre leur "dialogue stratégique et commercial" annuel, où les deux géants doivent parler de sécurité régionale, commerce ou changement climatique.
>>États-Unis-Inde : entretien bilatéral Omaba-Singh

Les réunions ministérielles doivent se tenir toute la journée du 22 septembre entre le secrétaire d'État John Kerry, la secrétaire au Commerce Penny Pritzker et leurs homologues indiennes, la ministre des Affaires extérieures Sushma Swaraj et celle du Commerce et de l'Industrie Nirmala Sitharaman.

La ministre indienne du Commerce et de l'Industrie, Nirmala Sitharaman, lors d'une réception sur le dialogue stratégique et commercial entre les États-Unis et l'Inde, le 21 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le vice-président américain Joe Biden a formellement lancé, lors d'un dîner le soir du 21 septembre, le "dialogue stratégique et commercial États-Unis/Inde", selon un format décidé cette année par le président Barack Obama et le Premier ministre Narendra Modi. "Nous sommes à un moment propice des relations entre les États-Unis et l'Inde", a lancé M. Biden, jugeant qu'elles allaient "définir le XXIe siècle".

"Notre objectif est de devenir les meilleurs amis de l'Inde", a affirmé le vice-président des États-Unis, historiquement alliés du Pakistan mais qui se sont spectaculairement rapprochés de New Delhi depuis les années 2000, notamment sous la présidence de George W. Bush (2001-2009).

Il s'agit pour les deux géants, a souligné dans un communiqué l'administration américaine, de "renforcer leur partenariat pour répondre aux défis des décennies à venir, du changement climatique à la sécurité régionale".

Lors de sa visite à New Delhi en janvier dernier, le président Obama avait appelé l'Inde à s'engager pleinement dans la lutte contre le changement climatique.

En matière de sécurité régionale et face aux ambitions de la Chine, voisine et rivale de l'Inde, M. Biden a réaffirmé l'attachement de Washington à la "liberté de navigation" sur les mers en Asie, en allusion aux tensions en mer de Chine méridionale entre Pékin et ses voisins.

M. Modi, qui s'était déjà rendu à la Maison Blanche en 2014, est attendu en fin de semaine à New York pour l'Assemblée générale des Nations unies, où il pourrait revoir le président Obama. Il se rendra ensuite en Californie pour des rencontres avec les milieux d'affaires américains.

Au plan économique, les échanges commerciaux entre les États-Unis et l'Inde s'élèvent à plus de 100 milliards de dollars par an, environ cinq fois moins que les échanges entre Washington et Pékin.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Le Vietnam promeut le tourisme en Australie Un programme a eu lieu le 17 août à Sydney pour présenter la beauté du Vietnam, de sa terre, de son peuple et de sa culture aux Australiens. L'événement a attiré plus de 80 entreprises opérant dans les domaines du tourisme, de l'hôtellerie et de l'aviation des deux pays.