17/07/2017 21:00
>>Pour les déplacés de Mossoul, le retour n'est qu'un rêve lointain
>>Irak : combats féroces à Mossoul, des milliers de civils pris au piège

L'Inde a annoncé que 39 de ses ressortissants, enlevés il y a trois ans par des combattants de l'État islamique (EI) dans la ville irakienne de Mossoul (Nord), pourraient être détenus dans une prison à Badoch, à l'ouest de la ville. Sushma Swaraj, ministre indienne des Affaires étrangères, a déclaré que des combats entre les forces irakiennes et l'EI étaient encore en cours dans la partie ouest de Mossoul et que les autorités indiennes avaient été informées de la présence des ressortissants indiens enlevés dans une prison de Badoch. "Une fois que les combats seront terminés à Badoch et que la zone sera dégagée, nous découvrirons probablement où se trouvent les citoyens disparus", a annoncé Mme Swarja aux médias. Dès que la libération de la ville de Mossoul a été annoncée par le gouvernement irakien la semaine dernière, la ministre indienne des Affaires étrangères a indiqué que plusieurs canaux avaient été activés pour localiser les Indiens enlevés par l'EI en 2014. En juin, lors d'une réunion avec les familles des ressortissants enlevés, la ministre a affirmé que selon une source irakienne un groupe d'Indiens était détenu dans une église à Mossoul. "Ils sont encore en vie et tout a été fait pour garantir leur retour en toute sécurité", aurait-elle assuré aux proches des 39 ressortissants enlevés.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.