22/07/2017 18:50
Poursuivant sa visite de travail en Indonésie, le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê a eu une entrevue le 21 juillet à Jakarta avec le vice-président indonésien, Jusuf Kalla.
>>Vietnam et Indonésie souhaitent renforcer le partenariat stratégique
>>Le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê entame sa visite en Indonésie

Le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê (droite) et le vice-président indonésien, Jusuf Kalla, le 21 juillet à Jakarta. Photo : Dô Quyên/VNA/CVN

Les deux dirigeants ont convenu d'approfondir les relations Vietnam - Indonésie, notamment dans le contexte de la naissance de la Communauté de l'ASEAN et des évolutions imprévues de la situation mondiale.

Selon eux, il est nécessaire pour les deux pays de chercher les opportunités de coopération économique, de porter le commerce bilatéral à 10 milliards de dollars, de stimuler la coopération dans la défense et la sécurité à travers le maintien du groupe de travail commun en matière de la marine, l'établissement d'une ligne de communication directe, la mise en œuvre de recherche et de sauvetage et des patrouilles communes en mer et l'accélération des négociations sur la délimitation de la zone économique exclusive.

Renforcer le partenariat stratégique

Le président indonésien a affirmé de régler la question de bateaux de pêche et pêcheurs vietnamiens et d'examiner la demande du Vietnam sur la prorogation de l'Accord sur l'annonce et l'entraide consulaires et du Protocole d'accord sur la coopération en mer et dans la pêche signé entre les deux pays en 2010.

Les deux parties ont convenu de coopérer étroitement lors des forums régionaux et internationaux, notamment au sein de l'ASEAN. Elles ont souligné l'importance du maintien de la paix, de la stabilité, de la sécurité et de la sûreté de la navigation aérienne et maritime en Mer Orientale et de la nécessité de régler les litiges par des mesures pacifiques et dans le respect du droit international, à commencer par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, et des processus juridiques comme diplomatiques. Il faut aussi appliquer pleinement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et à bientôt parvenir à un Code de conduite en Mer Orientale (COC), ont souligné les deux dirigeants.