18/12/2015 12:07
Une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l'homme des Nations unies sur le Burundi s'est tenu le 17 décembre à Genève, en Suisse.

>>Burundi : 1.000 personnes par jour fuient le pays

Plus de 200.000 Burundais ont fui les violences qui secouent leur pays depuis des mois. Photo : ONU/CVN

"Le Vietnam soutient la communauté internationale, notamment les Nations unies et l'Union africaine (UA), pour procéder à une assistance nécessaire, avec la concertation des autorités et des parties concernées au Burundi, afin de mettre fin rapidement à la violence et d'amorcer le dialogue pour trouver une solution de paix".

Cette déclaration a été faite le 17 décembre par un représentant de la Mission permanente du Vietnam à Genève, lors d'une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l'homme des Nations unies sur le Burundi.

Il a affirmé qu'en tant que membre de ce conseil, le Vietnam suivait de près, partageait la profonde inquiétude de la communauté internationale sur la situation au Burundi, condamnait les violences et les violations des droits de l'homme contre des civils, notamment les groupes vulnérables tels que femmes et enfants.

Lors de cette réunion, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a demandé à la communauté internationale de prendre des mesures vigoureuses et décisives concernant le Burundi pour éviter une guerre civile qui pourrait avoir de graves conséquences régionales.

Selon un rapport du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, au moins 400 personnes ont été tuées au Burundi depuis le 26 avril et ce bilan meurtrier pourrait être beaucoup plus élevé. Le nombre de personnes exécutées sommairement pourrait s'élever à 68. Au moins 3.496 personnes ont été arrêtées en lien avec la crise politique actuelle. Et 220.000 personnes ont trouvé refuge dans des pays voisins, auxquelles s'ajoutent de nombreux déplacés internes.

Après les débats, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution condamnant les actes de violences et les violations des droits de l'homme au Burundi. Il a également décidé, sans vote, de demander au haut-commissaire chargé des droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein, "d’organiser et d’envoyer sur place en urgence une mission composés d’experts indépendants".
 
VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï