25/07/2017 16:57
Près de 40% des Russes estiment que le réchauffement climatique est une invention et un sujet de spéculation, selon une étude récente publiée lundi 24 juillet par l’institut de sondage public VTsIOM.
>>G20 : Trump obtient un geste sur le climat et le commerce
>>Réchauffement climatique : l'UE sonne l'alerte depuis un glacier andin

Ascension d'ambassadeurs de pays européens et d'associatifs au pied du glacier du volcan Antisana, à 50 km de Quito en Équateur, pour appeler à lutter contre le réchauffement climatique, le 29 juin. Photo : AFP/VNA/CVN

Pour 39% des personnes interrogées, soit cinq points de plus qu'il y a 10 ans, "le réchauffement climatique est un problème inventé et un sujet de spéculation pour ceux qui veulent jouer sur la peur naturelle de l'humanité face aux catastrophes naturelles".

Plus de la moitié des Russes (51%) estiment néanmoins que le réchauffement est "un problème sérieux qui exige une solution immédiate", selon ce sondage effectué à la mi-juillet auprès de 1.200 personnes.

Une majorité de Russes (55%) estiment également que le phénomène a un effet "plutôt négatif" sur leur pays, tandis que plus d'une personne sur quatre (27%) y voit "un effet positif" pour la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine a assuré début juillet que la Russie respectera les Accords de Paris sur le climat, visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, dénoncés par son homologue américain Donald Trump.

La planète a battu en 2016 son 3e record annuel consécutif de chaleur, avec une température supérieure d'environ 1,1°C à la moyenne de l'ère pré-industrielle, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Dans certaines régions de Russie, la température était supérieure de 6 à 7°C à la normale en 2016.
 
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Le Vietnam promeut le tourisme en Australie Un programme a eu lieu le 17 août à Sydney pour présenter la beauté du Vietnam, de sa terre, de son peuple et de sa culture aux Australiens. L'événement a attiré plus de 80 entreprises opérant dans les domaines du tourisme, de l'hôtellerie et de l'aviation des deux pays.