23/09/2015 15:30
Le pape François a posé pour la première fois les pieds aux États-Unis le 22 septembre, pour une visite historique de six jours, qui risque de bousculer nombre d'Américains dans leurs convictions sur le climat et l'immigration.
>>Le pape François à la rencontre du peuple cubain et de Fidel Castro

Le pape François accueilli par le président américain Barack Obama, le 22 septembre à la base aérienne d'Andrews dans le Maryland.
Photo : AFP/VNA/CVN

Venu de Cuba, le pape s'est arrivé peu avant 16h00 heure locale (20h00 GMT) sur la base aérienne d'Andrews accueilli à sa descente d'avion par toute la famille Obama.

Enlevant sa calotte à cause du vent, tout sourire, Jorge Mario Bergoglio, âgé de 78 ans et élu pape en mars 2013, a posé son pied sur le sol américain pour la première fois de sa vie.

"Welcome to the USA" (bienvenue aux États-Unis), "Francisco", a scandé la foule réunie près de l'avion, où on apercevait plusieurs évêques.

Il a salué le président américain Barack Obama, sa femme Michelle, tout de bleu pastel vêtue, et leurs deux filles, Malia et Sacha, ainsi que les membres de la famille du vice-président catholique, Joe Biden.

Barack Obama, un protestant, ne cache pas son admiration pour ce pape "des pauvres" qui "l'impressionne".

Après un voyage de quatre jours à Cuba placé sous le signe de la réconciliation, sa visite aux États-Unis s'annonce plus ardue, car il éveille l'approbation d'une majorité d'Américains mais les réserves de certains.

Les médias américains, représentés en masse dans l'avion papal, accordent une grande importance au voyage d'un pape argentin plébiscité par deux tiers des Américains.

Embargo cubain banni du discours au Congrès

Le pape François arrive le 22 septembre à la base aérienne d'Andrews dans le Maryland. Photo : AFP/VNA/CVN

Outre sa rencontre avec M. Obama à la Maison Blanche mercredi 23 septembre, François est particulièrement attendu jeudi 24 septembre devant le Congrès, et vendredi  25 septembre à la tribune des Nations unies, sur des thèmes hautement explosifs.

Dans l'avion qui l'a amené à Washington, le pape a promis de ne pas évoquer devant les élus du Congrès la sensible question de la levée de l'embargo économique des États-Unis contre Cuba.

Sa visite aura lieu sous très haute sécurité, la police américaine voulant parer tout risque d'attentat contre un pape qui tient à se déplacer en voiture découverte pour être en contact avec les fidèles.

Plusieurs rencontres avec les défavorisés, immigrés, sans logis, détenus, sont au programme.

Il doit aussi présider à New York une cérémonie interreligieuse sur le site du World Trade Center, contre le terrorisme et pour le respect entre religions.

À Philadelphie, il doit présider samedi 26 septembre et dimanche 27 septembre la fin d'une rencontre mondiale des familles catholiques, en présence d'un million et demi de personnes attendues. Là aussi sous très haute sécurité.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».