14/10/2016 17:59
Le bénéfice de Samsung continuera à pâtir pendant au moins six mois du fiasco du Galaxy Note 7, mais le géant sud-coréen compte sur une hausse des ventes de ses autres smartphones vedettes pour amortir le choc.
>>Samsung arrête la vente et les échanges du Galaxy Note 7

Un client pose une question au sujet de son téléphone Samsung à un vendeur de la marque, le 11 octobre à Hongkong (Chine). Photo : AFP/VNA/CVN

La production du Note 7 avait été stoppée le 11 octobre, deux mois après son lancement, en raison de défauts susceptibles de provoquer l'explosion de ce qui aurait dû être un produit dernier cri. Le premier fabricant mondial de smartphones a enjoint tous les distributeurs à cesser de vendre l'appareil.

Samsung a entériné le 11 octobre l'échec complet de ce produit en appelant les millions de personnes qui l'avaient acheté dans le monde entier à l'éteindre, par mesure de sécurité - une mesure dévastatrice pour l'image d'une société qui s'enorgueillit de la qualité de ses produits dans les technologies de pointe.

Deux jours après avoir revu à la baisse ses prévisions de bénéfice pour le troisième trimestre 2016, le géant sud-coréen a publié le 7 octobre un nouvel avertissement sur résultats, concernant les six mois suivants.

Samsung a ainsi jugé que le fiasco du Galaxy Note 7, l'un de ses plus grands échecs commerciaux, allait continuer de réduire ses marges de bénéfice jusqu'à mars 2017, sur une période qui inclut notamment les fêtes de fin d'année pourtant cruciales pour ses ventes.

L'impact négatif est estimé aux alentours de 2.500 milliards de wons (2 milliards d'euros) pour le quatrième trimestre de 2016 et à environ 1.000 milliards de wons (799 millions d'euros) pour le premier trimestre de 2017, a indiqué le groupe dans un communiqué.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Le Vietnam promeut le tourisme en Australie Un programme a eu lieu le 17 août à Sydney pour présenter la beauté du Vietnam, de sa terre, de son peuple et de sa culture aux Australiens. L'événement a attiré plus de 80 entreprises opérant dans les domaines du tourisme, de l'hôtellerie et de l'aviation des deux pays.