11/12/2015 18:44
Le Vietnam, qui est dans une phase de structure démographique d'or, vise pour le moment l’amélioration des qualifications de ses ressources humaines afin de répondre aux besoins de la Communauté économique de l’ASEAN.
>>La Communauté économique de l'ASEAN promeut la coopération économique régionale
>>La Russie soutient l'établissement des relations économiques Asie-Europe-ASEAN

Les ​habitants de l'ASEAN seront autorisés ​à travailler dans les autres pays ​membres. Photo : VNA/CVN

Selon les prévisions de l’Organisation internationale du travail et de la Banque asiatique de développement, 6 millions d’emplois seront créés au Vietnam d’ici à 2025. La riziculture, la construction, le transport, le textile, la confection et l’agroalimentaire seront les secteurs qui embaucheront le plus de personnel.
 
Selon un rapport du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales (MTIGAS), la liberté de déplacement de personnel au sein de la communauté est à la fois une opportunité et un défi pour le Vietnam.
 
Cependant, des opportunités d’emploi seront offertes aux travailleurs qualifiés. Ce personnel devra bien maîtriser l’anglais et les savoir-faire pour aller travailler dans les pays de l’ASEAN. Si les travailleurs vietnamiens ne répondent pas à ces critères, ils pourront en souffrir chez eux.
 
Une concurrence acharnée
 
Avec l’intégration à l’économie régionale, le Vietnam rencontre des difficultés de gestion des travailleurs étrangers et d’accès aux informations sur les marchés étrangers en raison de la barrière des langues.
 
Une concurrence acharnée aura lieu. Le Vietnam accueillera de nombreux travailleurs compétents des pays voisins, tandis que le personnel vietnamien, faiblement qualifiés, travaille en majorité dans le secteur agricole et des services de faible qualification.
 
Le réseau d’information sur le marché de l’emploi au Vietnam est très modeste et non connecté entre les régions. Les informations ne satisfont pas aux besoins des partenaires. Le système de critères du marché du travail est incomplet et incohérent, et difficile à comparer avec ceux de l’étranger. Ainsi, le pays n’arrive pas à évaluer l’offre et la demande d’emploi sur le marché domestique. En outre, le pays n’a pas d’outil de prévention fiable et conséquent du marché de l’emploi, ainsi qu’un corps de cadres et d’experts en statistiques, en analyse et en prévention.
 
Des mesures à prendre
 
«Il faut renforcer la communication sur la Communauté de l’ASEAN et sur les programmes de coopération internationale afin que les entreprises et le personnel soient conscients de l’importance et de la nécessité d’élever le niveau de qualification des ressources humaines au Vietnam», souligne le vice-ministre du MTIGAS, Doan Mâu Diêp.
 
Des opportunités d’emploi seront offertes aux travailleurs qualifiés.
Photo : VNA/CVN

Le Vietnam doit veiller à la formation professionnelle et à l’enseignement des savoir-faire, de l’anglais et de la planification. La coopération internationale dans l’éducation et la formation au sein de l’ASEAN sera renforcée.
 
Développer le réseau d’informations sur le marché de l’emploi permettra aux établissements d’éducation et de formation de répondre aux besoins des entreprises et des secteurs économiques.
 
Le perfectionnement des textes juridiques et les guides d’application sur la circulation du personnel au sein de l’ASEAN est une tâche importante.
 
Enfin, les pays de l’ASEAN nécessitent de coopérer pour la mise en œuvre des politiques de bien-être, dont l’assurance sociale et l’assurance santé, concernant les travailleurs immigrés dans le cadre des accords de coopération.
 
Duy Minh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.