17/03/2017 00:42
Le Centre d’étude sur la gestion et le développement durable (MSD) en coordination avec le Centre d’étude sur la communication de développement (RED) a co-organisé jeudi 16  mars à Hanoï une discussion politique sur la participation des enfants à l’élaboration des droits de l’enfant.
Discussion politique sur la participation des enfants à l’élaboration des politiques, le 16 mars à Hanoï. Photo : Mai Huong/CVN

Le MSD a invité des représentants du Département de patronage des enfants, des ministères et des organisations non gouvernementales vietnamiennes et étrangères. La discussion a permis de revoir les situations actuelles et des solutions pour renforcer les droits des mineurs.

Le Vietnam a ratifié en 1990 la Convention internationale des droits de l’enfant. Selon cette convention, les enfants ont le droit d’exprimer leurs opinions sur les problèmes les concernant. Ainsi, les administrations concernées sont chargés d’écouter et de prendre en compte les idées des enfants. Le partage des opinions dans l’élaboration des politiques pour assurer les droits de l’enfant est un facteur important contribuant au développement du pays. Au Vietnam, leurs participation dans l’élaboration des lois est un droit inaliénable d’après les Droits de l’enfant de 2016. Celle-ci est décrite dans le chapitre V : «Les enfants ont le droit de participer aux discussions des situations les concernant». Le 3 août 2015, le Premier ministre a signé la décision N°1235 sur «L’approbation du Programme de renforcement des droits de participation des enfants aux problèmes les concernant pour la période 2016-2020». Il vise à améliorer les conditions et à créer un milieu favorable pour les jeunes citoyens.

Le but de la discussion était d’étudier et d’approfondir la participation des mineurs aux processus d’élaboration des lois, d’identifier les rôles et les responsabilités des administrations et organismes, ainsi que de mieux instituer les relations entre les organisations sociales.

La nécessité de créer un espace sécuritaire
 
Les enfants sont libres d’exprimer leurs opinions.
Photo : Phuong Vy/VNA/CVN

À l’heure actuelle, afin de respecter les engagements internationaux et les politiques, les organismes étatiques de gestion et les organisations sociales s’efforcent d’intensifier la participation des enfants via des programmes et des activités. Plusieurs modèles ont été présentés lors de ce dialogue avec le soutien des parents.

«Il est nécessaire de créer un espace fiable pour que les enfants soient prêts à partager et à donner leurs opinions et leur point de vue. La plupart sont déterminés à contribuer au développement du pays», a souligné Nguyên Phuong Linh, directrice du MSD.

Les participants ont mentionné des obstacles dans la pratique des droits de l’enfant. Par exemple, leur droit de participation dans les localités manque d’efficacité.

«Il faut créer des conditions plus favorables pour accorder davantage d’importance aux opinions des enfants. En outre, il est nécessaire d’écouter leur point de vue et de s’assurer qu’ils sont sérieusement pris en considération», a précisé Hoàng Thu Trang, gestionnaire du programme du MSD.

La discussion était ouverte afin d’encourager le partage des pensées, des initiatives et des solutions des administrations dans le renforcement des droits de participation des enfants aux processus d’élaboration de lois.

Les organisations sociales ont lancé un communiqué sur la création d’un cadre favorable pour accorder plus d’importance aux jugements des enfants face aux problèmes politiques. Ce communiqué insiste sur les rôles des organisations étatiques dans la création d’un espace d’échange dans le processus d’élaboration des lois et des projets de textes, l’amélioration des mécanismes de surveillance et la considération des activités concernant les mineurs.

Mai Huong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».