11/09/2017 00:42
Une exposition consacrée à la littérature gravée sur l’architecture royale de Huê (Centre) se tient actuellement au Temple de la Littérature à Hanoï. Ce trésor, inscrit par l’UNESCO au patrimoine documentaire mondial dans le registre Mémoire du monde de l'Asie-Pacifique en 2016, mérite d’être mieux connu du public.
>>Un trésor littéraire unique dans la Cité royale de Huê
>>Huê : expérimentation de rues piétonnes

La littérature gravée sur l’architecture royale de Huê constitue le fleuron des compositions littéraires et poétiques des empereurs de la dynastie des Nguyên (de 1802 à 1945), le tout étant soit gravé, soit émaillé, soit mis en relief sur différents matériaux utilisés dans les ensembles architecturaux de Huê. La plupart des textes sont des éloges de la paix, de la prospérité, de l’indépendance, de l’unité nationale, mais les monarques se sont aussi donnés beaucoup de plaisir à rendre hommage à la nature, aux plantes, aux saisons, aux agriculteurs auxquels ils exprimaient souvent leur sympathie.

Nguyên Phuoc Hai Trung, directeur adjoint du Centre de conservation des monuments de Huê, souligne : «La cour de Huê était la seule à disposer d’une poésie gravée sur ses palais, à des endroits différents. Il faut savoir que les poèmes n’ont été gravés que sur des constructions jugées importantes. Nous avons répertorié 2.909 carrés de poèmes gravés. Dans certains cas, chaque carré correspond à un poème mais il arrive aussi qu’un poème nécessite plusieurs carrés».

La littérature gravée sur l’architecture royale de Huê est mise en relief sur différents matériaux utilisés dans l’ensemble architectural de Huê (Centre).
Photo : VOV/CVN

Malgré les affres du temps, ces carrés de poèmes gravés en caractères chinois restent intacts. Chacun est à la fois une peinture, une œuvre calligraphique et un produit artisanal exceptionnel.

Beauté des gravures

Selon Nguyên Phuoc Hai Trung, certains poèmes ont été gravés sur du bois qui allait ensuite être peints en rouge et doré, d’autres ont été gravés sur du cuivre émaillé… Mais tous sont des œuvres calligraphiques, les rois et les mandarins de la dynastie des Nguyên étant réputés pour être à la fois des poètes et d’excellents calligraphes.

La beauté des gravures fait d’elles des motifs décoratifs originaux. Voilà une autre raison pour laquelle l’UNESCO les apprécie tant. L’exposition qui se tient actuellement au Temple de la Littérature à Hanoï est l’occasion de faire connaître ce trésor au grand public.

«Nous exposons la littérature gravée sur l’architecture royale de Huê au Temple de la Littérature de Hanoï qui abrite 82 stèles de docteurs. Il s’agit donc d’une rencontre entre deux trésors qui ont été inscrits au patrimoine documentaire mondial. Nous sommes heureux de présenter au public ces poèmes gravés qui traduisent l’esprit national et le patriotisme», indique Lê Xuân Kiêu, directeur du Centre d’action culturelle et scientifique au Temple de la Littérature.

Le public a répondu présent. Nguyên Hà My, étudiante à la Faculté de médecine de Hanoï, s’enthousiasme : «Je suis vraiment impressionnée, surtout par les poèmes dédiés au pays mais aussi par ceux qui parlent des études. C’est beau et facile à retenir, grâce à la traduction en vietnamien qui y est affichée».

L’exposition durera jusqu’au 26 septembre 2017. Le Centre de conservation des monuments de Huê a filmé, photographié et numérisé toute cette littérature gravée qui sera traduite en vietnamien. Les spécialistes sont en train d’établir une base de données qui devrait faciliter la consultation publique.
 
VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Ouverture du Festival de parapente au col Khâu Pha à Yên Bai Quelque 111 parapentistes vietnamiens et étrangers participent à la deuxième période du Festival de parapente au col de Khâu Pha, qui a lieu les 23 et 24 septembre dans la province septentrionale de Yên Bai.