09/12/2015 16:40
La Chambre des représentants américaine a adopté mardi 8 décembre une mesure renforçant les contrôles du programme d'exemption de visas dont bénéficient 38 pays, afin d'empêcher d'éventuels jihadistes à passeports européens de se rendre librement aux États-Unis.
>>Aéroports : la sécurité vers les États-Unis bientôt renforcée

La proposition de loi a été adoptée par 407 voix contre 19 et doit encore passer par le Sénat, à une date encore non fixée. Elle interdirait aux voyageurs des 38 pays partenaires s'étant rendus depuis mars 2011 en Irak, Syrie, Iran et Soudan de bénéficier d'une exemption, les forçant à demander un visa auprès des autorités américaines avant leur voyage.

La loi vise aussi les personnes ayant la double nationalité avec l'un des pays nommés, par exemple des Franco-Iraniens, même s'ils ne sont jamais allés en Iran.

Zone de contrôles à l'aéroport John F. Kennedy de New York.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Aucun niveau de stimulation économique ne sera assez élevé pour risquer la vie de nos électeurs", a déclaré le représentant républicain Bob Goodlatte.

Dans la foulée des attentats de Paris du 13 novembre, perpétrés notamment par deux hommes porteurs de passeports syriens, la Chambre à majorité républicaine avait voté pour restreindre l'accès des réfugiés syriens et irakiens au territoire américain.

Elle entend maintenant combler les failles d'un programme qui permet à plus de 20 millions de voyageurs, venant notamment de 30 pays européens, de se rendre chaque année sans visa aux États-Unis pour des séjours courts, avec comme seule formalité le remplissage du formulaire en ligne Esta. La crainte des élus est que des jihadistes français ou belges comme ceux ayant participé aux carnages parisiens puissent prendre l'avion pour New York.

La réforme ne remet pas en cause l'existence du programme, créé en 1986 et étendu continuellement à des pays jugés fiables. La Maison Blanche et les professionnels du tourisme la soutiennent.

Mais la réforme compliquera les voyages des personnes qui se sont rendues pour des raisons légitimes dans les pays concernés, qu'ils soient humanitaires, journalistes ou simples touristes. Ils devront se rendre dans un consulat pour un entretien préalable au visa.

L'association de défense des libertés ACLU et d'autres organisations ont dénoncé le texte comme discriminatoire.

"Qu'est-ce que ça signifie pour un médecin suisse qui est allé travailler dans un camp de réfugiés en Irak et veut ensuite venir aux États-Unis pour une conférence?", s'est demandé le démocrate Keith Ellison.

À Washington, les représentants européens sont en contact avec les autorités américaines sur le sujet, dit un diplomate européen.

Sanctionner ceux qui ne partageraient pas
assez de renseignements


Les pays partenaires signent en échange du privilège de nombreux accords de partage de renseignements sur leurs passagers (suspects terroristes, casiers judiciaires), et de bonnes pratiques sécuritaires avec Washington. La nouvelle loi accroîtrait le pouvoir de l'administration américaine pour sanctionner ceux qui ne partageraient pas assez de renseignements.

Et elle forcerait les pays à alimenter sous 24 heures la base de données d'Interpol sur les passeports perdus ou volés, et à croiser la liste de leurs passagers avec les fichiers terroristes et criminels de l'organisation policière.

Le texte rendrait aussi obligatoires à partir d'avril 2016 les passeports électroniques, qui contiennent dans une puce les informations biographiques du détenteur, ainsi qu'une photographie numérisée et éventuellement des empreintes digitales.

Dans les faits toutefois, la quasi-totalité des voyageurs ont déjà de tels passeports. Tous les passeports de l'Union européenne délivrés depuis 2009 sont biométriques, avec une photo et les empreintes de deux doigts.

L'administration Obama avait annoncé des mesures dans le même esprit. Le formulaire Esta devrait ainsi bientôt demander si le voyageur s'est rendu dans des pays jugés à risques.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Cao Bang : des plans pour développer le tourisme à la cascade de Ban Giôc Le Comité populaire de la province de Cao Bang (Nord) et le ministère de la Construction ont dévoilé la semaine dernière des plans généraux et détaillés pour le développement du site touristique de la cascade de Ban Giôc. L'objectif est de faire appel à l'investissement pour faire de Ban Giôc un site touristique clé de la province et du pays.