16/07/2017 17:33
Deux ouvriers ont été tués samedi 15 juillet dans un attaque contre une zone frontalière entre l'Iran et le Pakistan, dans la province de Sistan-Balouchistan, selon un communiqué des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du pays qui affirme qu'un "terroriste" a été abattu.
>>Un tiers de la drogue produite en Afghanistan est arrivé en Europe via l'Iran
>>Kish, petite île d’Iran, joue la décontractée

Des soldats iraniens à Mirjaveh, dans la province de Sistan-Balouchistan, à la frontière avec le Pakistan, le 2 décembre 2003. Photo/ AFP/VNA/CVN

"Un groupe terroriste lié aux services de renseignements étrangers a lancé samedi après-midi 15 juillet une attaque contre la frontière depuis le territoire pakistanais dans la région de Saravan", affirme le communiqué publié samedi soir 15 juillet.

Les forces des Gardiens de la révolution ont répliqué "tuant un terroriste et en blessant deux autres", affirme le texte qui ajoute que "deux ouvriers locaux ont également été tués dans l'attaque".

Fin avril, dix gardes-frontières iraniens avaient été tués dans la région de Mirjaveh également située dans la province du Sistan-Balouchistan (sud-est). À l'époque déjà, les autorités iraniennes avaient affirmé que des rebelles avaient mené l'attaque depuis le territoire pakistanais.

Le président Hassan Rohani avait écrit une lettre au Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif pour demander l'intervention des forces armées pakistanaises pour faire cesser ces attaques.

Selon les médias iraniens, des jihadistes membres du groupe extrémiste Jaïsh al-Adl sont à l'origine de ces opérations armées dans la province du Sistan-Balouchistan. Téhéran accuse ce groupe d'être lié à Al-Qaïda et de s'infiltrer en Iran depuis le Pakistan.

Le 19 juin dernier, les Gardiens de la révolution avaient affirmé avoir tué le chef et quatre membres du groupe Ansar al-Forgan, un autre groupe "terroriste" selon Téhéran, dans une opération à la frontière.

L'Iran, dont la population est à plus de 90% chiite, compte aussi des minorités sunnites dans certaines provinces frontalières, notamment au Kurdistan (nord-ouest), au Sistan-Balouchistan et au Khouzistan (sud-ouest).

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.