22/05/2017 21:06
Durant les quatre premiers mois de 2017, le nombre de personnes diagnostiquées de tétanos à l'Hôpital des maladies tropicales de Hô Chi Minh-Ville s’est élevé à 134 - dont trois cas gravissimes, ce qui représente l’équivalent de 50% des cas dénombrés l’année dernière.
>>L'UNICEF a aidé à vacciner des centaines de millions d'enfants à travers le monde en 2016
>>La vaccination obligatoire des soignants en question
>>Vers un seul système de vaccination d’ici 2020

Nguyên Van Ban, un patient atteint de tétanos.

Le docteur Nguyên Thanh Phong, doyen de la Faculté des maladies transmissibles de l’Hôpital des maladies tropicales de Hô Chi Minh-Ville, a informé que ces derniers jours, sa clinique avait accueilli en moyenne de 15 à 20 cas de tétanos par jour, issus des Services des urgences, de la réanimation et des soins intensifs.

C’est le cas de Nguyên Van Ban, 60 ans, un patient lourdement atteint, de la province de Binh Thuân (Centre). Jamais il n’aurait pensé que le tétanos le toucherait. Pendant son travail, il s’est blessé au pouce avec son marteau. Comme d’habitude, il avait acheté des antibiotiques pour traiter cette blessure.

À l’évidence sans effets : sept jours plus tard, il ressentait des raideurs dans sa mâchoire ainsi que dans sa langue. Il ne pouvait plus ni manger ni boire. Ses proches ont tout de suite pensé à un AVC. Ils l’ont simplement emmené chez un spécialiste de médecine orientale pour recevoir un traitement d'acupuncture. Sans effets positifs, là-aussi... La pathologie n’a été découverte qu’à l’Hôpital de Dông Nai (Sud). En raison de sa situation jugée très grave, les médecins ici l’ont transféré en urgence à l’Hôpital des maladies tropicales de Hô Chi Minh-Ville. «Je n’ai jamais imaginé que le tétanos pouvait venir d’une petite blessure comme ça et qu’elle puisse me toucher mortellement... Heureusement, je suis toujours là», a déclaré M. Ban.

La blessure au pouce de M. Ban qui lui a valu l’aventure.

Le médecin Phong a indiqué que 100% de ses patients hospitalisés n’étaient pas à jour de leur vaccin, ceux-ci étant en majorité des adultes. D'après lui, en raison de leur profession, ils se blessent facilement avec leurs outils de travail, ce qui donne l’opportunité à des bactéries comme le tétanos de se développer, d’autant plus vite s’il n’y a pas eu de vaccination auparavant, quel que soit l’âge.

Selon une étude de l'Hôpital des maladies tropicales, 20%-25% des cas de tétanos n’ont pas de plaie. Même sans blessures apparentes, on peut encore être touché par le tétanos.

C’est le cas de Nguyên Thi Nhan, habitante à Long Khanh, dans la province de Dông Nai. Elle a rapporté qu’un matin, elle a eu des difficultés pour déglutir, les muscles de ses mâchoires étant fortement contractés. À l’hôpital du district, on lui a diagnostiqué une pharyngite avec, à la clé, un traitement inefficace. C’est seulement à l’Hôpital du peuple 115 que le tétanos a été identifié... Mme Nhan ne sait toujours pas comment elle a été infectée par cette bactérie.

Se faire vacciner contre le tétanos

«Une des erreurs de la majorité des gens est de ne pas se faire vacciner contre le tétanos, alors que c’est une maladie extrêmement grave car difficile à soigner dans les cas avancés, ce qui survient rapidement, et que l’on peut être infecté par la bactérie responsable sans même avoir subi de blessure cutanée», a insisté Nguyên Thanh Phong.

Le médecin Phong consulte un patient atteint de tétanos.

Selon ce docteur, le tétanos menace la vie de la personne atteinte, en particulier les personnes plus âgées, plus faibles, et celles ayant précédemment eu une pathologie perturbante du diagnostic. Par exemple, les patients souffrant de cardiopathie ischémique présentent, en cas de tétanos, des symptômes conduisant davantage à un diagnostic d’AVC. En 2016, l’Hôpital des maladies tropicales de Hô Chi Minh-Ville a enregistré sept décès dûs au tétanos.

Enfin, la durée du traitement du tétanos est très longue, d'un à deux mois. En dehors des frais médicaux très élevés, la capacité à travailler d'une personne atteinte de tétanos s’amoindrit. Autant de raisons pour se faire vacciner contre le tétanos, puis faire un rappel tous les dix ans...

Texte et photos : Quang Châu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».