18/07/2017 11:55
Le vieux quartier de Hanoï ou le «Hanoï des 36 rues et corporations» est considéré comme l’âme de la capitale vietnamienne. Chaque quartier est spécialisé dans un métier traditionnel. Aujoud’hui, Hanoï a beaucoup changé. Elle est devenue une ville dynamique avec de nombreux complexes urbains modernes. Mais la beauté des 36 rues et corporations est immuable, en dépit des vicissitudes de l’histoire.
>>Vieux quartier de Hanoï : l'atout charme de la capitale
>>Hanoi aux «trente-six rues et corporations»

Traits historiques

Les 36 rues et corporations sont très connues, liées étroitement à l'histoire millénaire de Hanoï.

En 1010, un an après être monté sur le trône, le roi Ly Thai Tô transféra la capitale de Hoa Lu, terre nichée dans des montagnes, vers la citadelle de Dai La, située dans une plaine fertile, qu’il décida de rebaptiser Thang Long (Dragon prenant son vol). Dans son édit royal justifiant ce déplacement de la capitale, le monarque qualifia Thang Long de «lieu de convergence des quatre points cardinaux, capitale idéale des rois de tous les temps».

Les 36 rues et corporations de Hanoï ont fait leur apparition au XVe siècle, lorsque les commerçants et des artisans en provenance de partout y sont venus de plus en plus nombreux pour tenter leur chance à la capitale Thang Long.

Situé dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm et couvrant 100 ha, le Vieux quartier de Hanoï comporte 76 rues, dont environ 47 ont conservé leur dénomination ancienne qui commence par le mot Hàng, signifiant «marchandises». Chaque quartier porte les traces de son histoire. Les noms des rues rappellent toujours les marchandises qui y étaient produites ou qui le sont toujours : la rue Hàng Dào (rue des teinturiers de la soie rouge), la rue Hàng Duong (la rue du sucre), la rue Hàng Thiêc (rue des Ferblantiers), la rue Hàng Ma (rue des objets votifs)...

Aujourd’hui, le Vieux quartier a beaucoup changé. Il profite du développement économique et de l’arrivée d’un nombre grandissant de touristes : des cafés, des restaurants, des magasins de souvenirs artisanaux... Mais certaines rues sont restées fidèles au métier ancestral.

Par exemple, Hàng Bac est toujours la rue des orfèvres, Hàng Ma, celle des objets votifs, Tô Tich, celle où l’on fabrique des tampons encreurs et Hàng Thiêc, celle des ferblantiers. Découvrez ci-dessous «Hanoï les 36 rues et corporations» !

Hàng Ma (rue des objets votifs)

Les lanternes colorées dans la rue de Hàng Ma (rue d'objets votifs).
La rue de Hàng Ma, d’une longueur de 339m, s’étire du carrefour Hàng Duong (rue du sucre) à la rue Phùng Hung. Les habitants de la rue Hàng Ma sont les descendants de familles originaires du village de Tân Khai, district de Tho Xuong, Thang Long.

Celles-ci ont ouvert des boutiques de vente de papiers et d’objets de décoration à base de papier comme fleurs, lanternes, objets votifs... au service des événements festifs comme le Têt traditionnel ou la fête de la Mi-automne.
À l'heure actuelle, Hàng Ma maintient encore son métier ancestral. 

Hàng Chiêu (rues des nattes en jonc)

La rue de Hàng Chiêu (rue des nattes en jonc).

La rue de Hàng Chiêu (rue des nattes en jonc ou rue Jean Dupuis, du nom du commerçant-explorateur du fleuve Rouge qui s’y installa en 1871), de 275 m, se situe dans l’arrondissement de Dông Xuân. Elle relie la porte O Quan Chuong au carrefour de Hàng Duong (rue du sucre) et Dông Xuân.

Aujourd’hui, elle est une rue très animée, spécialisée dans la commercialisation de diverses marchandises. Mais une partie de Hàng Chiêu maintient encore son métier traditionnel : la vente des nattes en jonc.

Hàng Giây (rue des chaussures)

Aujourd'hui, Hang Giây (rue des chaussures) est la rue des confiseries.

Hàng Giây (rue des chaussures) est une rue longue de 230 m dans l’arrondissement de Hàng Buôm. Aux XVIIe-XVIIIe siècles, c’était la rue des bottiers qui provenaient du village de Cham, dans la province de Hai Duong (Nord). Aujourd’hui, les boutiques ont laissé la place à des confiseries qui étalent devant les yeux des enfants en extase des bonbons et des biscuits de toutes les couleurs et pour tous les goûts.

Hàng Duong (rue du sucre)

Une boutique d'O mai (fruits confits) au carrefour de Hàng Duong et Ngo Gach. 

La rue de Hàng Duong (rue du sucre) a conservé une spécialité qui est devenue l’élite de la gastronomie de Hanoï : la transformation et la vente de toutes sortes de sucreries. Chaque année, à l’occasion du Têt ou de la Fête du mi-automne, la rue Hàng Duong devient très animée.

Une vendeuse ambulante devant une boutique d'O mai à Hàng Duong. 

À l’heure actuelle, à côté des confiseries, nombreux autres produits sont vendus comme vêtements, accessoires de mode, souvenirs...

Hàng Thiêc (rue des ferblantiers)

Le magasin des outils de la pâtisserie au No 21, rue de Hàng Thiêc.

Hàng Thiêc (rue des ferblantiers ou rue des Étainiers) est une des rares rues du Vieux quartier de la capitale où les habitants pratiquent encore leur métier ancestral, à savoir la fabrication d’objet en étain ou fer-blanc. Elle fait 136 m de long et relie les rues Thuôc Bac et Hàng Non.

Découpe mécanique d’une feuille de tôle ondulée. 

Dans le passé, les habitants y fabriquaient divers objets tels que lampes à huiles, cassolettes, pots à thé au service des activités de la vie quotidienne. Actuellement, plusieurs familles de Hàng Thiêc vivent encore du métier transmis de père en fils. Outre les ustensiles en étain, on trouve aussi dans leurs ateliers des outils pâtissiers, des étagères en inox...

Texte et photos : Thu Hà Ngô-Diêu Thuy/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.