08/12/2015 14:52
Les deux tueurs qui ont massacré 14 personnes la semaine dernière en Californie étaient des musulmans "radicalisés depuis un bon moment" qui ont planifié leur acte, a expliqué le 7 décembre un responsable de la police fédérale américaine.
>>Obama promet à une Amérique inquiète de "traquer les terroristes"
>>Tuerie en Californie : l'hypothèse terroriste privilégiée

Farook Syed et sa femme Tashfeen Malik ont tué 14 personnes, le 2 décembre en Californie.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous avons la preuve que les deux personnes se sont exercées au tir", notamment près de Los Angeles, et l'un de ces exercices a été effectué "dans les jours précédant cet événement" survenu mercredi dernier 2 décembre à San Bernardino, a précisé David Bowdich, directeur adjoint du bureau du FBI à Los Angeles.

Syed Farook et sa femme Tashfeen Malik, le couple marié qui a perpétré cet acte qualifié dimanche 6 décembre de "terrorisme" par le président Barack Obama, "étaient tous deux radicalisés et l'étaient depuis un bon moment", a-t-il ajouté.

L'enquête, qui se poursuit "en collaboration avec les partenaires étrangers" des États-Unis, va désormais s'attacher à expliquer ce processus de radicalisation.

Pour le moment, "nous avons quelques indications sur la chronologie" mais pas de certitudes, a encore expliqué M. Bowdich. "La question maintenant est de savoir par qui et où ils se sont radicalisés. Peut-être qu'il n'y a pas de +par qui+. Souvent cela se fait sur internet".

Le FBI a les preuves des "planification, participation, financement" des deux tireurs lourdement armés pour commettre la pire tuerie de masse depuis 3 ans sur le sol américain.

Le président américain a lui aussi estimé dimanche 6 décembre que le couple avait "suivi la voie délétère de la radicalisation". Il s'est engagé dimanche 6 décembre à traquer les terroristes partout où il se trouvent, qualifiant de "voyous" et de "tueurs" les membres du groupe État islamique (EI), organisation à laquelle Tashfeen Malik aurait fait allégeance avant de passer à l'acte.

Par ailleurs, l'avocat de la famille de Syed Farook a indiqué lundi 7 décembre sur CNN s'être entretenu avec le père du tueur qui a démenti des propos lui ayant été attribués par le quotidien italien La Stampa.

"Il prend quatre ou cinq médicaments différents et il dit qu'il n'a pas fait ces déclarations", a expliqué David Chesley. "Il ne se souvient pas avoir tenu aucun de ces propos".

Selon La Stampa de dimanche 6 décembre, le père du tueur a notamment déclaré dans un entretien au sujet de son fils, qui porte le même nom que lu i: "Il disait qu'il était d'accord avec l'idéologie d'al-Baghdadi (chel de l'EI) pour créer l'Etat islamique et il était obsédé par Israël".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï