05/05/2017 16:03
Une trentaine de cadres et enseignants de l’Université de Hanoï participent, les 4 et 5 mai dans la capitale, à la formation à l’utilisation du Guide «Démarche-qualité appliquée à l’offre de formation». Il s’agit de l’une des huit activités principales du projet innovant «Intégration de la démarche-qualité dans la gouvernance universitaire».

>>Un atelier de formation francophone sur la démarche-qualité à Hanoï
>>Lancement d'un projet innovant à Hanoï
 

La formation à l’utilisation du guide sur la démarche-qualité, du 4 au 5 mai à l’Université de Hanoï, aide les départements de cette école à créer des programmes de formation adaptés aux besoins du marché.


Les cadres et enseignants des Départements de français, d’anglais et de management-tourisme de l’Université de Hanoï (UH) ont participé à la formation à l’utilisation du guide «Démarche-qualité appliquée à l’offre de formation». Cette formation est animée par Christian Grellois, professeur de droit public à la Faculté de droit, vice-doyen de la Faculté de droit et de sciences politiques chargé des relations internationales de l’Université de Bordeaux (France), et expert de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Elle relève de la 4e activité principale intitulée «Élaborer des processus de gestion» du projet innovant d’«Intégration de la démarche-qualité dans la gouvernance universitaire», financé par l’AUF pour la période 2016-2017. Elle suit l’atelier de formation francophone sur la démarche-qualité appliquée au plan de développement stratégique de l’UH, organisé en décembre 2016 par le docteur Laurent Sermet.

Les 4 et 5 mai, les principes directeurs de la démarche-qualité à l’offre de formation, le pilotage de la politique de qualité, les ressources documentaires et techniques allouées au pilotage de la démarche-qualité, et l’auto-diagnostic de la qualité des formations, sont présentés. Le professeur français consacre une partie du temps pour présenter le guide «Démarche-qualité appliquée à l’offre de formation» élaboré par le Bureau Asie-Pacifique (BAP) à l’initiative de la Conférence régionale des recteurs (CONFRASIE), avant de l’analyser. Après la théorie, les participants pratiquent en groupe de discussion pour élaborer les questions et le pilotage de la démarche-qualité pour leurs départements, dont trois seront retenues pour l’expérimenter concrètement, avec une généralisation à l’université en cas de résultats positifs.

Vers la démarche-qualité
dans la formation en licence


«C’est une formation qui a été organisée par l’UH, en collaboration avec le Bureau d’Asie-Pacifique de l’AUF. C’est la mise en œuvre d’un Guide, élaboré par le BAP, qui est le résultat d’un travail mené sur une certaine durée, puisqu’il y a plusieurs étapes dans l’application de ce guide auquel on a participé, tout autant que des universités vietnamiennes et françaises ou d’autres pays de la Francophonie. L’objectif de cette formation est mettre en place un pilotage de la démarche-qualité au niveau des formations en licence de l’UH», explique Christian Grellois.

Ce professeur souligne : «Ce type de guide n’est pas un cadre rigide, au contraire, il vise à mettre en œuvre un processus qui aujourd’hui est mis en œuvre par toutes les grandes universités dans tous les pays du monde, qui est le souci d’un pouvoir proposer aux étudiants, au monde économique, des formations attrayantes pour les étudiants, qui ensuite leur permettra de répondre aux besoins du marché dans les différents secteur d’activités qui recrutent. Il ne s’agit donc plus d’offrir une formation qui existe, mais au contraire, de répondre à des besoins, et de permettre aux universités de se situer dans le meilleur classement possible à leur niveau national, et au niveau régional ou international, à la fois pour améliorer leurs offres de formation, ou encore pour être en capacité de concourir dans les programmes financés par des fonds internationaux».
 

Les participants à la formation travaillent en groupe pour élaborer les questions et un pilotage de la démarche-qualité adaptés à leur département.


Une formation utile à multiplier

Toujours selon le professeur français, l’ouverture du marché de la formation dans la région Asie-Pacifique et de l’ASEAN, l’arrivée de nouveaux systèmes de crédit et d’accréditation, sont l’opportunité, tant pour les universités vietnamiennes que pour les universités françaises ou d’autres pays de la Francophonie, de redéfinir complètement leurs stratégies et leurs plans stratégiques, quels sont ceux qu’elles veulent mettre en œuvre, et ensuite de les traduire dans des plans de formation qui permettront de renouveler cette offre. «C’est un travail collaboratif. Un guide comme celui-ci n’est pas un cadre à imposer, c’est une méthode pour se poser, par un questionnement logique et rationnel, la question de savoir quel est le projet de formation que l’on veut privilégier, comment le mettre en œuvre, avec quel partenaire. Cela nécessite d’entraîner l’adhésion de toutes les institutions. Ce n’est pas un travail qui puisse résulter exclusivement d’un département ou une faculté. C’est un projet politique de l’université qui aujourd’hui est de plus en plus autonome, qui doit trouver un soutien dans la société civile ou économique, des soutiens financiers et matériels, et qui peut être obtenu si la formation  que l’on offre peut bien répondre aux besoins de la société», indique-t-il.

Pour Trân Van Công, doyen du Département de français, un des participants à cette formation, celle-ci est très utile en ce moment pour l’Université de Hanoï, mais aussi pour chaque département de l’université dont le sien. En fait, jusqu’à présent, «quand on élabore les programmes de formation, on se base sur certains critères comme, par exemple, les besoins du marché qui sont très importants pour le montage de formation : c’est à partir de ces besoins, et des compétences professionnelles requises chez les diplômés, que l’on doit monter notre formation».
 

Texte et photos : Quê Anh/CVN
 

Source : CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Circuit : «I Love Huê», entre tourisme expérientiel et responsabilité sociale Animée par son grand amour pour Huê et son désir de faire connaître l’ancienne capitale impériale au plus grand nombre, Nguyên Huong Liên, originaire de la province de Quang Tri (Centre), a inauguré en 2014 le tour «I Love Huê». Le but est d’associer le tourisme expérientiel et les activités en faveur de la communauté.