12/09/2015 16:50
L’exposition-installation «Chapitre 2 : Midi» de l’artiste Sandrine Llouquet a ouvert ses portes le 10 septembre à l’Institut français de Hanoi (L’Espace), au 24, rue Tràng Tiên. Présentation.

>>Le Saigon Artbook rend l’art accessible au public
 

Sandrine Llouquet était à l'événement "C'est la fête à L’Espace", le 12 septembre à l'Institut français de Hanoi.


«Quand L’Espace m’a proposé de faire une exposition ici, je suis venue voir l’endroit. Cela m’a fait penser un tout petit peu à un temple avec l’architecture, les colonnes, l’escalier, le grand hall. Du coup, je me suis dit que c’était une bonne opportunité pour moi d’essayer de constituer ici une sorte de temple imaginaire», explique Sandrine Llouquet.

«Midi» est ici autant une indication temporelle qu’un stade où l’artiste se situe dans son processus de création. Ses vagabondages littéraires, entre philosophie et histoire, l’exploration de l’alchimie, des mythes et cultes polythéistes ont conduit l’artiste à cette exposition «Chapitre 2 : Midi», où elle s’exprime sous forme de dessins, de sculptures et d’installations pour illustrer le stade actuel de ses recherches. Le visiteur entre à travers cette exposition ainsi dans une sorte de temple dédié à un culte étrange où viennent se mélanger psychologie, rituels et alchimie.

 

Une œuvre de Sandrine Llouquet à l’exposition-installation «Chapitre 2 : Midi» à L’Espace - Institut français de Hanoi.


«Le public est invité dans le parcours de l’artiste à ressentir le sens symbolique des cultes et rites primitifs. Sandrine Llouquet nous présente son cabinet de curiosités où chaque pièce est le produit d’un processus d’hybridation et de transformation d’éléments incongrus», analyse Hoàng Minh, un visiteur.

Une artiste française d’origine vietnamienne

 

Sandrine Llouquet est née en France, de parents vietnamiens. Elle réside au Vietnam depuis 2005. Diplômée de l’École des beaux-arts de Nice, elle porte en elle le mélange entre deux cultures. Pour elle, l’expérimentation matérielle inhérente à la démarche asiatique est également indissociable d’un travail intellectuel de recherche lié aux thèmes qu’elle aborde. La recherche de la sagesse passe par cette quête de la rencontre parfaite entre le fond et la forme. C’est ce qui amène souvent l’artiste à comparer son processus à celui de l’alchimiste. Dans son univers en pleine mutation, de nouvelles créatures ne cessent de se composer et de se décomposer, d’évoluer, et tout simplement, de devenir.
 

Le public est invité dans le parcours de  Sandrine Llouquet  à ressentir le sens symbolique des cultes et rites primitifs.


L’exposition-installation «Chapitre 2 : Midi» est la suite de son exposition individuelle précédente «Chapitre 1 : Where I attempt to drown the dragon» (Chapitre 1 : Où j’ai tenté de noyer le dragon), organisée à la galerie Quynh à Hô Chi Minh-Ville en 2013.  

«Je suis invitée à faire une exposition en France en février à Annecy. Cela va être ma prochaine exposition. La suivante sera pour le Japon», informe Sandrine Llouquet.

L’exposition se poursuit jusqu’au 2 octobre.

 

Texte et photos : Phuong Mai/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.