21/09/2015 15:49
Détrônée en 2013, l'Espagne a reconquis le titre de champion d'Europe de basket en écrasant la Lituanie 80 à 63 dans une finale sans suspense, le 20 septembre à Villeneuve-d'Ascq, un exploit inespéré en début de tournoi pour cette équipe arrivée très diminuée.
>>Et maintenant l'Espagne pour les Bleus en demi-finale de l’Euro de basket
>>Les Bleus restent invaincus sans vraiment convaincre à l’Euro de basket

Marc Gasol, Juan Carlos Navarro, Ricky Rubio, José Manuel Calderon, le jeune Alex Abrines... il y avait de quoi faire un beau cinq majeur avec tous les joueurs dont l'Espagne a dû se passer. Mais en s'appuyant sur quelques piliers très expérimentés, le pivot Pau Gasol, encore parfait en finale (25 points, 12 rebonds), les deux Sergio, Rodriguez (6 passes) et Llull (12 points), excellents à la mène, elle a renversé tous les obstacles pour enlever sa troisième médaille d'or à l'Euro après 2009 et 2011, sous les yeux du roi Felipe et de Rafael Nadal.

Le pivot espagnol Pau Gasol reçoit la médaille d'or des mains du Roi Felipe VI, le 20 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

La Lituanie n'a pas été l'obstacle le plus difficile à franchir. Les Baltes, peut-être étonnés d'être arrivés aussi loin avec, eux aussi, un groupe diminué, ont été victimes du syndrome du finaliste surprise. Crispés en défense, maladroits, ils ont laissé s'envoler leurs espoirs dès les premières minutes.

Avec un Pau Gasol égal à lui-même, c'est-à-dire presque inarrêtable, et un Rudy Fernandez soudain retrouvé (11 points) mais qui allait devoir sortir définitivement en deuxième mi-temps après un choc avec Paulius Jankunas, les Espagnols ont rapidement creusé un écart (15-4, 5e minute) que les Lituaniens n'ont jamais pu combler.

Gasol MVP à 35 ans

Ils sont bien revenus à huit points à la mi-temps (41-33) mais les Ibériques, plus adroits (50% de réussite contre 35%), ont refait le trou après le retour des vestiaires et n'ont plus été inquiétés.

En début de tournoi, ils avaient eu des difficultés bien plus sérieuses. Battus par l'Italie et la Serbie, soit les deux équipes que les Lituaniens ont sorties en quart et en demie, ils n'ont échappé à l'élimination au premier tour que d'un point face à l'Allemagne, dans le dernier match du groupe dit "de la mort". Un panier de plus ou de moins et les doubles vice-champions olympiques sortants (2008, 2012) n'allaient pas à Rio.

Ce titre, le quatrième du basket espagnol sur la scène internationale avec le Mondial-2006, est un triomphe personnel pour Pau Gasol. À 35 ans, le pivot des Chicaco Bulls, MVP (meilleur joueur) du tournoi, a pesé de tout son poids dans les moments importants, particulièrement en demi-finale contre la France (40 points). Le public de Lille le lui a fait payer le 20 septembre en sifflant copieusement l'Espagne. En finale, le géant catalan (2,15 m) a donné une leçon au jeune pivot Jonas Valanciunas, son cadet de douze ans et adversaire en NBA, complètement éclipsé (10 points).

"Ça a été un tournoi extraordinaire, je m'en souviendrai pour le restant de mes jours", a dit Gasol, qui finit également meilleur marqueur (25,6 points de moyenne) pour la troisième fois de sa carrière à l'Euro.

La victoire est savoureuse aussi pour l'entraîneur Sergio Scariolo. Cet Italien de 54 ans, homme des succès de 2009 et 2011, avait été rappelé à la tête de la sélection après le fiasco du Mondial-2014, où l'Espagne, avec toutes ses stars, avait perdu dès les quarts de finale contre la France, devant son public. Il ne lui a fallu qu'un tournoi pour renouer avec le succès.

Pour la Lituanie, c'est un deuxième échec d'affilée en finale de l'Euro après la défaite de 2013 contre les Français. Mais cette médaille d'argent se situe bien au-delà de ses espérances initiales et l'envoie directement aux Jeux olympiques, pour la septième fois d'affilée.

AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï