27/10/2013 16:01
Le Parti social-démocrate (CSSD) tchèque a remporté le 26 octobre les élections législatives anticipées, mais les populistes du mouvement ANO ont créé la surprise, arrivant deuxièmes devant les communistes, et rendant particulièrement difficile la formation d'une coalition gouvernementale.

Le président et candidat principal du Parti social-démocrate Bohuslav Sobotka, le 26 octobre à Prague.  Photo : AFP/VNA/CVN 


Selon des résultats définitifs, le CSSD a obtenu 20,45% des voix, devant le mouvement ANO, fondé en 2011 par l'influent homme d'affaires d'origine slovaque Andrej Babis, devenu deuxième force politique du pays avec 18,65%. 

Les membres du Parti communiste de Bohème-Moravie (KSCM) se retrouvent à la troisième place avec 14,91%. Quatre autres partis ont également franchi le seuil d'éligibilité de 5% des voix : les partis de droite TOP 09 (11,99%) et ODS (7,72%), les chrétiens-démocrates KDU-CSL (6,78%) et une autre formation populiste Usvit (L'aube de la démocratie directe) de l'homme d'affaires tchéco-japonais Tomio Okamura, avec 6,88%.

"Le résultat n'est pas tel que nous l'attendions", a avoué le chef du CSSD Bohuslav Sobotka. Il tablait sur un résultat autour de 30% ce qui lui aurait permis de former un gouvernement minoritaire soutenu tacitement par le KSCM.

"Les tractations seront difficiles, un gouvernement minoritaire ainsi qu'un gouvernement de coalition figurent parmi les alternatives", a-t-il ajouté. Le CSSD et le KSCM n'ont réuni ensemble que 83 sièges au sein de la Chambre basse de 200 élus, nettement sous la majorité espérée.

AFP/VNA/CVN



Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».