04/01/2016 17:39
Au moins deux personnes sont mortes et des dizaines ont été blessées le 4 janvier dans des bousculades après un séisme de magnitude 6,7 dans le Nord-Est de l'Inde, près de la frontière avec le Myanmar et le Bangladesh.
>>Un séisme de magnitude 6,2 frappe le nord-est de l'Afghanistan
>>Un séisme de magnitude 7,1 frappe le sud de l'océan Indien

Au moins deux personnes sont mortes et des dizaines sont blessées le 4 janvier après un séisme de magnitude 6,7 dans le Nord-Est de l'Inde.
Photo : AFP/VNA/CVN

La police a indiqué qu'un homme était mort à Imphal, ville indienne la plus proche de l'épicentre. Un autre est mort au Bangladesh, apparemment victime d'une crise cardiaque.

Des dizaines de personnes ont également été blessées en Inde et au Bangladesh dans des bousculades d'habitants voulant fuir leur logement après avoir été réveillés par la secousse.

Selon la police de la capitale du Bangladesh, Dacca, 40 personnes ont été hospitalisées, dont un étudiant qui se trouvait dans un état critique après avoir sauté d'un balcon situé au quatrième étage.

Selon l'Institut américain de géologie (USGS), le séisme a frappé tôt le 4 janvier, à 04h35 (23h05 GMT le 3 janvier), à 29 kilomètres au nord-ouest d'Imphal, la capitale de l'État indien de Manipur, où des dizaines de bâtiments ont été endommagés.

Un responsable de l'un des principaux hôpitaux d'Imphal a indiqué que plus de 50 personnes avaient été admises pour des blessures à la tête et des fractures.

"En état de choc"

Deepak Shijagurumayum, un habitant d'Imphal dont la maison a été gravement endommagée, a décrit des scènes de chaos après le séisme. "Presque tout le monde dormait quand la secousse a eu lieu et a été jeté hors du lit", a-t-il déclaré par téléphone.

Une femme indienne blessée et son mari, après un séisme de magnitude 6,7 dans le Nord-Est de l'Inde. Photo : AFP/VNA/CVN

"Les gens pleuraient et priaient dans les rues. Des centaines de personnes sont restés à l'extérieur pendant plusieurs heures, craignant des répliques", a-t-il ajouté.

À Guwahati, principale ville commerciale de l'État de l'Assam riche en minéraux, les habitants réveillés par la secousse se trouvaient "en état de choc", selon un correspondant de l'AFP.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré sur Twitter avoir parlé de l'impact du séisme avec les autorités locales de l'État de l'Assam.

Les secousses ont été ressenties jusqu'à Calcutta, située à environ 600 kilomètres au sud-ouest, dans l'État du Bengale occidental, où les bâtiments ont tremblé. "Beaucoup de gens sont sortis de leurs maisons dans la panique", a déclaré un habitant, Rabin Dev.

Les sept États du Nord-Est de l'Inde, rattachés au reste du pays par un étroit corridor de territoire, sont situés dans une zone à fréquente activité sismique. La région frontalière est isolée et peu peuplée du côté birman, où aucune victime n'a pour l'instant été signalée.

En 1950, des dizaines de villages avaient été engloutis et plus de 1.500 personnes avaient péri dans un puissant tremblement de terre de magnitude 7,6, dont l'épicentre était au Tibet, mais dont les dégâts les plus importants avaient été recensé dans l'État de l'Assam en Inde.

L'USGS a émis un avis d'alerte jaune concernant les victimes et les dégâts, et estime à 35% la probabilité que le tremblement de terre du 3 au 4 janvier ait fait entre un et 10 morts.
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Ha Long, le dragon alangui a bien pris son envol Ces dernières années, la province de Quang Ninh (Nord) a obtenu de bons résultats dans le développement de ses infrastructures, notamment les complexes de villégiature et de loisirs. En la matière, la ville de Ha Long fait figure d’exemple.