17/01/2016 15:45
Un couple d'Australiens, un médecin et son épouse, ont été enlevés vendredi 15 janvier dans le Nord du Burkina Faso où ils vivaient depuis plus de 40 ans, un rapt revendiqué samedi 16 janvier auprès de l'AFP par un responsable d'un groupe jihadiste malien.
>>Une trentaine de personnes, dont un ministre exfiltrés

Le désert du Sahel au Burkina Faso, en janvier 2000. Photo : AFP/VNA/CVN

Selon les autorités burkinabè, qui n'ont pas donné d'informations sur l'identité des ravisseurs, le couple a été kidnappé à Baraboulé, dans la région de Sahel, frontalière du Niger et du Mali.

Les deux Australiens vivaient dans la ville de Djibo, près de Baraboulé, depuis 1972, a indiqué un habitant, Moumouni Tamboura. D'après une source au sein du renseignement burkinabè, tous deux sont octogénaires et originaires de Perth (Sud-Ouest de l'Australie).

Dans un premier temps, le ministère burkinabè de la Sécurité intérieure avait présenté les otages comme des Autrichiens, une information corrigée quelques heures plus tard par le ministre de la Communication, Rémi Dandjinou.

Un responsable d'Ansar Dine, le groupe jihadiste de l'ex-chef rebelle touareg Iyad Ag Ghaly, a affirmé samedi 16 janiver que le couple était retenu par des jihadistes appartenant à "l'Emirat du Sahara". D'après des spécialistes des milieux islamistes, cette appellation désigne une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Quatre combattants de l'Émirat du Sahara ont entre leurs mains deux Australiens, une femme et un homme. Les deux "croisés" sont vivants et nous allons bientôt donner des détails", a déclaré ce responsable d'Ansar Dine, Hamadou Ag Khallini, dans un bref entretien téléphonique avec un journaliste de l'AFP à Bamako.

Interrogé sur l'identité précise des ravisseurs, Hamadou Ag Khallini a répondu que les otages étaient "entre les mains d'Aqmi" qui, a-t-il également soutenu, a "mené une opération réussie contre un hôtel" vendredi 15 janvier à Ouagadougou. "C'est l'œuvre des mêmes Moudjahidine", a-t-il ajouté.

Les otages conduits vers le Mali ?

L'annonce du double rapt ainsi que sa revendication sont intervenues quelques heures après une spectaculaire attaque dans la capitale burkinabè contre un hôtel, Le Splendid, et un restaurant, Le Cappuccino. Au moins 29 personnes de 18 nationalités ont été tuées par les assaillants, selon les autorités burkinabè.

L'hôtel, Le Splendid, après une spectaculaire attaque dans la capitale burkinabè. Photo : AFP/VNA/CVN


D'après l'organisation américaine SITE qui surveille les sites Internet islamistes, Aqmi a posté un message attribuant l'attentat de Ouagadougou à Al-Mourabitoune, groupe du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar qui s'est rendu célèbre pour des opérations aussi sanglantes que spectaculaires dans le Sahel.

Une source diplomatique européenne a indiqué avoir reçu des renseignements sur un double enlèvement commis "sur le territoire du Burkina Faso". "D'après nos informations, l'objectif des ravisseurs est de conduire les otages vers le Mali", a-t-elle dit, sans plus de détails.

Ansar Dine est un des groupes jihadistes ayant contrôlé le Nord du Mali de fin mars-début avril 2012 jusqu'au déclenchement, en janvier 2013 d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Les jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Les attaques jihadistes se sont étendues depuis début 2015 vers le Centre, puis le Sud du Mali.

Ainsi, deux soldats et un paramilitaire maliens ont péri vendredi dans deux attaques distinctes dans les régions de Tombouctou (Nord-Ouest) et Mopti (Centre) par des hommes armés, dont au moins quatre ont été tués, d'après des sources officielle et militaires maliennes.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.