27/12/2015 08:21
Le propriétaire d’un verger de pamplemoussiers, dans la province de Hâu Giang (delta du Mékong), a réussi à modeler en relief la carte du Vietnam sur ses fruits. Une performance qui se paie cash : chaque agrume étant vendu entre 700.000 et 1,2 million de dôngs.

Dans son verger, Vo Trung Thành examine le développement d’un pamplemousse dans son moule. Photo : TP/CVN

Propriétaire d’un vaste verger de pamplemoussiers, Vo Trung Thành, domicilié dans le district de Châu Thành, province de Hâu Giang, est connu dans tout le delta du Mékong, région surnommée le «royaume des fruits» du pays. 

Président du Club des producteurs de pamplemousses moulés de son district, Vo Trung Thành est l’un des rares arboriculteurs ayant réussi à forcer les fruits à se développer selon une forme choisie, bien sûr tout en gardant leur saveur naturelle. Le processus est assez simple : tandis que le fruit est encore jeune, l’arboriculteur l’enferme dans un moule en plastique transparent. Le fruit va pousser à l’intérieur et prend la forme voulue : gourde d’alcool, lingot d’or ou main de bouddha. Cette année, M. Thành a lancé sur le marché une nouvelle création :des pamplemousses en forme de vase sur lesquels apparaît en relief la carte du Vietnam.

Premier essai réussi avec 600 fruits

Lors de la foire internationale des technologies et des équipements Technmart 2015, récemment organisée à Hanoi, le stand de fruits de Vo Trung Thành a attiré de nombreux visiteurs. Son espace, à peine 15 m², était réservé à ses fameux pamplemousses moulés, avec une affiche d’informations sur leur origine géographique et leur producteur. Vo Trung Thành n’a pas hésité à faire près de 2.000 km de Hâu Giang à Hanoi pour participer à cette foire. «J’ai réussi à obtenir 600 fruits de cette forme parmi les 800 sur lesquels j’ai fait des essais. Il s’agit de pamplemousses Nam Roi, une variété à peau verte, sans pépins et délicieuse. Malgré cette forme non naturelle, le fruit garde toute sa saveur», présente-t-il.

Ses pamplemousses se sont développés selon une forme prédéfinie tout en gardant leur qualité et leur saveur naturelle. Photo : GD/CVN  

Interrogé sur le prix de vente, l’arboriculteur dévoile : «En ce moment, les fruits se vendent 700.000 dôngs, mais entre janvier et février, les 1,2 million de dôngs pourraient être atteints en raison d’une demande bien supérieure à l’offre, limitée». M. Thành a aussi informé que lors de cette foire, il a signé avec trois entreprises des contrats de fourniture de 250 fruits. 

Une méthode de moulage originale

Prenant un fruit en main, l’artisan explique comment il a réussi à forcer le fruit à pendre la forme d’un vase : «Grâce à mes succès pour modeler des fruits en forme de gourde d’alcool, de lingot ou de main de bouddha, l’étape de pose des moules sur les jeunes fruits ne m’a pas posé de problèmes. L’important pour moi était d’atteindre un taux de réussite élevé».

Et de préciser que la pose des moules intervient au 7e mois lunaire,quand le fruit a entre 45 à 60 jours. Trois mois plus tard, le fruit a la forme désirée. Et pourquoi la carte du Vietnam? Tout simplement pour insuffler du patriotisme dans son travail et ses produits. De plus, chaque année, il se doit d’innover. «Cette année, le taux de réussite est de 80%. Mais j’espère que ces prochaines années, il sera plus élevé. Je vais appliquer cette forme sur tout mon verger, et non plus une partie», s’engage-t-il.

Le moulage de fruits, une tendance en vogue
 
Le delta du Mékong compte 300.000 ha de vergers  fournissant chaque année plus de 3,2 millions de tonnes de fruits de nombreuses variétés, destinés aussi bien au marché intérieur qu’à l’exportation. L’arboriculture est une importante filière économique de la région. Outre l’obtention de fruits savoureux et de qualité, les arboriculteurs cherchent aussi à lancer sur le marché des fruits originaux pour satisfaire les clients tant sur le plan gustatif que visuel. Le meilleur moment est la période du Têt traditionnel, où les Vietnamiens préparent un beau plat de fruits, parmi lesquels le pamplemousse, qu’ils déposent sur l’autel des ancêtres. Et c’est aussi au Têt que l’on est moins regardant sur les dépenses. Un pamplemousse d’un  million de dôngs, cela vous tente ? 
 

Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Circuit : «I Love Huê», entre tourisme expérientiel et responsabilité sociale Animée par son grand amour pour Huê et son désir de faire connaître l’ancienne capitale impériale au plus grand nombre, Nguyên Huong Liên, originaire de la province de Quang Tri (Centre), a inauguré en 2014 le tour «I Love Huê». Le but est d’associer le tourisme expérientiel et les activités en faveur de la communauté.