24/09/2015 13:00
Le patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, a démissionné le 23 septembre, emporté par le scandale des moteurs truqués qui a pris une ampleur mondiale et a déjà fait perdre au groupe des milliards d'euros en Bourse.
>>Le patron du groupe automobile Volkswagen "infiniment désolé"
>>Volkswagen accusé de tricherie sur les contrôles antipollution aux États-Unis

M. Winterkorn, 68 ans et depuis 2007 à la tête de Volkswagen, a assuré dans une déclaration n'être coupable "d'aucun manquement", mais dit "prendre la responsabilité" du scandale et remet sa démission "dans l'intérêt de l'entreprise", pour permettre à Volkswagen "un nouveau départ".

Le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Berthold Huber, a également insisté que "M. Winterkorn n'avait aucune connaissance des manipulations sur les gaz d'échappement" des moteurs diesel du groupe, devant la presse au siège du groupe à Wolfsburg (Nord).

Martin Winterkorn, Pdg du groupe automobile allemand Volkswagen (VW), lors d'une conférence de presse annuelle, le 12 mars à Berlin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Mais l'organe qui veille sur Volkswagen a estimé, à l'issue d'une réunion d'urgence de ses plus hauts responsables mercredi 23 septembre, que le groupe avait besoin "d'un nouveau départ crédible". Ceci implique la démission de M. Winterkorn, a-t-il ajouté, en saluant le sens des responsabilités du patron.

D'autres changements dans la direction doivent être annoncés dans les prochains jours, a-t-il fait savoir. Le conseil de surveillance doit aussi se réunir vendredi pour trouver un successeur à M. Winterkorn.

Le nom du patron de Porsche, Matthias Müller, a circulé cette semaine pour prendre ce poste de patron le mieux payé d'Allemagne, à la tête d'un mastodonte aux 200 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, 600.000 salariés et 12 marques de camions et de voitures. Le groupe venait de ravir à Toyota le titre de numéro un mondial des ventes.

L'affaire des moteurs, révélée vendredi 18 septembre comme une fraude aux tests antipollution circonscrite aux États-Unis, s'est vite muée en scandale mondial.

Volkswagen a admis avoir mis en place un logiciel sur les moteurs diesel d'environ 11 millions de ses voitures, afin de fausser les résultats des tests. La justice allemande a ouvert une enquête préliminaire mercredi 23 septembre, après celles déjà annoncées aux États-Unis.

La Corée du Sud, l'Italie et la France font partie des pays qui ont lancé des enquêtes, Londres en a réclamé une à la Commission européenne.
 
AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Cao Bang : des plans pour développer le tourisme à la cascade de Ban Giôc Le Comité populaire de la province de Cao Bang (Nord) et le ministère de la Construction ont dévoilé la semaine dernière des plans généraux et détaillés pour le développement du site touristique de la cascade de Ban Giôc. L'objectif est de faire appel à l'investissement pour faire de Ban Giôc un site touristique clé de la province et du pays.