27/05/2015 21:25
Les entreprises nationales de la joaillerie ne s’intéressent pas beaucoup à l’export à cause de la faible compétitivité de leurs produits sur le plan des gammes, de la qualité comme du prix. Une situation qui pourrait devenir préoccupante après l’entrée en vigueur de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).
>>Avec le TPP, les entreprises étrangères auront soif de main-d'œuvre
>>Colloque sur le libre-échange en faveur des PME

En effet, le prix des bijoux produits au pays est souvent plus élevé qu’à l’étranger faute de ressources stables en matières premières et de technologies de fabrication moderne. De plus, leur qualité n’est pas toujours strictement contrôlée.

«Le TPP en vigueur, les bijoutiers vietnamiens devront faire face à une nouvelle et rude concurrence de leurs homologues des pays parties à cet accord. Si elles n’améliorent pas leurs gammes et leurs modèles, ni la qualité de ces derniers et leur exportation, elles pourraient bien disparaître», a souligné Nguyên Thanh Long, président de l’Association vietnamienne de commerce de l’or.

Les entreprises nationales de la joaillerie privilégient le marché domestique qui n’est pas encore saturé. Photo : VNA/CVN

Selon les spécialistes, si la Banque d’État du Vietnam autorise les entreprises à importer des matières premières et à contrôler strictement la qualité précise des bijoux en or sur le marché domestique, leur compétitivité s’élèvera de plus en plus. Ce serait d’autant mieux bienvenu qu’avec le TPP, la taxe d’importation frappant ces matières premières variera de 0,3 à 0,5%, au lieu de 1%.

Un modeste chiffre d’affaires à l'exportation

Selon la circulaire 36/2015/TT-BTC du ministère des Finances en vigueur depuis le 7 mai, une taxe d’export de 2% frappe les bijoux et autres produits contenant au moins 95% d’or pur. Cela n’affecte pas beaucoup l’activité des entreprises car la plupart des produits exportés sont constitués de 75% d’or pur, sachant par ailleurs qu’elles privilégient le marché domestique qui n’est pas encore saturé. Ainsi, dans la vente au détail de bijoux, les parts de marché de la compagnie PNJ ont augmenté de 14% en 2013 à 21% en 2014.

Les seuls trois géants de ce secteur que sont PNJ, SJC et DOJI exportent des produits à l’étranger mais pour un modeste chiffre d’affaires. Selon les statistiques du Département général des douanes, les exportations de matériaux précieux et de pierres précieuses du Vietnam se sont élevées à un peu plus de 670 millions de dollars seulement en 2014.

Récemment, la compagnie PNJ a décidé d’acheter des machines fabriquées en Europe pour fabriquer des bijoux de haute qualité. «Nous voulons réduire nos importations de produits italiens et développer nos débouchés dans le monde», a déclaré la présidente de son conseil d’administration, Cao Thi Ngoc Dung.

Hai Vu/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï